Neuchâtel veut rattraper son retard dans les structures parascolaires

Le gouvernement neuchâtelois veut continuer de créer des places d’accueil préscolaire (de 0 ...
Neuchâtel veut rattraper son retard dans les structures parascolaires

Le gouvernement neuchâtelois veut continuer de créer des places d’accueil préscolaire (de 0 à 4 ans) et parascolaire (de 4 à 12 ans). Il soumet ce mardi au Grand Conseil une révision de la Loi sur l’accueil des enfants, entrée en vigueur en 2012.

D’ici 2020, l’Etat veut mettre à disposition 400 places supplémentaires en préscolaire pour atteindre un total de 2400, ce qui devrait plus ou moins couvrir les besoins de la population.


Mettre les bouchées doubles pour le parascolaire

Au niveau du parascolaire, le canton a pris du retard et doit s’adapter à la nouvelle organisation scolaire HarmoS. Il demande aux communes de créer 1100 places supplémentaires pour atteindre un total de 3000 d’ici 2020. Malgré cette importante augmentation, le taux de couverture idéal des besoins ne sera pas atteint puisqu’il faudrait près de 4400 places…

Le gouvernement veut également faire une différence entre l’accueil parascolaire au cycle 1 et au cycle 2. Pour les plus grands, l’essentiel de la demande se concentre sur la pause de midi. La révision de la Loi propose donc de développer davantage l’accueil à cette période de la journée.


Des différences importantes entre les communes

La commission parlementaire chargée d’examiner le projet suggère aux députés de faire quelques petites modifications. Les discussions ont porté notamment sur les disparités de financement des structures d’accueil entre les communes. Par exemple Rochefort ne paie que 27% du coût total, tandis que Brot-Plamboz paie 68%. Cela dépend de la capacité financière des habitants : plus ils sont riches moins la commune paye.

Les membres de la commission ont décidé de ne pas régler cette question dans la Loi sur l’accueil des enfants mais dans le cadre de la péréquation financière. Au final, les commissaires ont accepté le nouveau projet par 13 voix et une abstention. Cette révision nécessite la majorité des 3/5 du Grand Conseil. /mvr


Actualités suivantes

Articles les plus lus