Les Services industriels genevois rachètent Ennova

Les Services industriels genevois (SIG) vont prendre le contrôle complet de la société spécialisée ...
Les Services industriels genevois rachètent Ennova

Les Services industriels genevois (SIG) vont prendre le contrôle complet de la société spécialisée dans l'énergie éolienne Ennova, basée au Landeron. Ils vont racheter les 80% du capital de la société qu'ils ne détiennent pas encore. Cette acquisition met fin au contentieux qui empoisonnait les relations des deux entreprises depuis plusieurs mois.

Le montant du rachat des actions se monte à 12,1 millions de francs, auquel s'ajoutent les avances récentes faites à ennova par ses actionnaires privés à concurrence de 700'000 francs, ont indiqué mercredi les SIG et Ennova dans un communiqué de presse commun. Le Conseil d'Etat genevois a donné son aval à la transaction.

Claudio Zanini ne dirigera plus Ennova et quittera le Conseil d'administration de la société. L'engagement d'un nouveau directeur sera décidé très rapidement dès les nouvelles instances mises en place. Les douze collaborateurs d'Ennova continueront à travailler pour l'entreprise.

Les SIG tiennent à rassurer les villes et communes qui ont signé des accords avec ennova. Certains de ces 42 projets en cours seront probablement "un peu redimensionnés", mais les SIG restent convaincus "du réel potentiel de l'éolien" et comptent poursuivre le développement de cette énergie dans le Jura.


Fin d'une dispute empoisonnée

En prenant le contrôle d'Ennova, dont ils détenaient jusqu'à présent le cinquième du capital, les SIG s'enlèvent une épine du pied. Ils mettent un terme au conflit qui les opposait à la société. Les contrats défavorables que la régie publique autonome a conclus avec Ennova deviennent caducs.

Par le passé, les SIG avaient notamment versé 13 millions de francs pour racheter 20% du capital-actions d'Ennova. Ils avaient aussi avancé 33 millions de francs à l'entreprise pour financer diverses études de faisabilité. Ces investissements n'ont toutefois débouché sur la production d'aucun mégawatt d'énergie éolienne.

Les SIG avaient bien tenté fin 2013 de se désengager d'Ennova, sans parvenir à trouver un arrangement acceptable pour les deux parties. En février, Ennova avait été jusqu'à saisir la Chambre de commerce de Genève et réclamer aux SIG 176 millions de francs de dommages et intérêts. /ats


Actualisé le

Actualités suivantes

Articles les plus lus