Salaires minimaux : grogne horlogère

Les salariés neuchâtelois de l’horlogerie sont mécontents. Ils estiment que la proposition patronale d’augmenter les salaires minimaux d’embauche de la branche de 40 francs par mois est insuffisante. Les partenaires sociaux syndicaux demandaient une hausse de 65 francs, justifiée selon eux par la santé du secteur.

Après deux mois de négociations au niveau régional, c’est désormais le comité directeur d’Unia qui va tenter de trouver une solution avec la Convention patronale de l’horlogerie. Unia Neuchâtel espère obtenir un résultat de cette nouvelle étape d’ici la fin du mois. /aes-comm

 


Actualisé le

 

Actualités suivantes

Articles les plus lus