Neuchâtel et son TGV, c’est fini

Les TGV en gare de Neuchâtel, c’est terminé. La dernière rame est partie samedi soir à 21h52 ...
Neuchâtel et son TGV, c’est fini

Dernier TGV en gare de Neuchâtel, samedi soir. Dernier TGV en gare de Neuchâtel, samedi soir.

Les TGV en gare de Neuchâtel, c’est terminé. La dernière rame est partie samedi soir à 21h52 pour Berne. Une page se tourne après 26 ans d’histoire.

Début juillet, le conseil d'administration de Lyria a indiqué que la liaison directe entre Paris et Berne ne se fera plus via Neuchâtel. La société qui exploite les TGV franco-suisses a décidé que les liaisons entre les deux capitales se feront par Bâle dès dimanche. Question de rentabilité oblige.

Avant cette décision, la population s’était fortement mobilisée pour tenter de maintenir les TGV via Neuchâtel et Pontarlier. Plus de 20'000 personnes avaient signé une pétition dans ce sens, tant dans la région de Pontarlier que de Neuchâtel.

 

Voyageurs émus

La desserte de Neuchâtel via TGV a été inaugurée le 29 mai 1987 avec un passage au Locle, à La Chaux-de-Fonds et dans la capitale cantonale. Elle a officiellement été mise en service le 31 mai 1987.

Ces 26 ans de TGV à Neuchâtel n’ont pas laissé le public insensible. Samedi soir, au moment du passage du TGV en gare, de nombreuses personnes sont venues voir la rame une dernière fois. Certains ont même déposé des fleurs, alors que d’autres avaient réservé un repas en première classe pour marquer le coup.

Alain Barbey, directeur de Lyria, a fait le trajet Pontarlier-Neuchâtel samedi soir. Alain Barbey, directeur de Lyria, a fait le trajet Pontarlier-Neuchâtel samedi soir.

Le personnel de Lyria était également sensible. A commencer par son directeur, Alain Barbey, qui a tenu à faire le trajet Pontarlier – Neuchâtel : On n’abandonne pas Neuchâtel. Mais c’est quand même un pincement au cœur. Un sentiment partagé par les usagers. Notamment au moment où le directeur a prononcé quelques mots au haut-parleur. Quelques mots… accompagnés de chocolats et de champagne pour tous les voyageurs, histoire de faire passer l’amertume.

Une nouvelle offre

Dès dimanche, une nouvelle histoire commence. Le canton de Neuchâtel a planché depuis cet été sur une offre de substitution, en collaboration avec la Chambre neuchâteloise du commerce et de l’industrie, la Fédération du Transjuralpin, la région Franche-Comté, les CFF, la SNCF et Lyria. Trois trains RegioExpress quotidiens offrent une connexion pour Paris, avec une correspondance à Frasne sur les TGV Lyria en provenance de Lausanne. La liaison avec la capitale vaudoise est encore maintenue. Alain Barbey garantit que cette liaison n’est pas menacée.

Points positifs des RegioExpress : les Neuchâtelois pourront acquérir un seul billet aux tarifs et aux conditions TGV pour se rendre dans la capitale française. Des places seront pré-réservées dans les rames lausannoises. Mieux : à chaque correspondance, le RegioExpress fera halte à Travers et Pontarlier.

Il ne reste plus qu’à savoir si les Neuchâtelois seront séduits par cette offre… afin qu’elle soit maintenue à long terme. /aju

Plusieurs personnalités ont tenu à faire le dernier voyage en TGV Pontarlier - Neuchâtel. De gauche à droite: Pierre Hiltpold et Claude Bernoulli, anciens directeurs de la CNCI et de la FTJA, Alain Barbey, directeur de Lyria, et Charles Constantin, membre de la direction de la CNCI. Plusieurs personnalités ont fait le dernier voyage en TGV Pontarlier - Neuchâtel. De gauche à droite: Pierre Hiltpold et Claude Bernoulli, anciens directeurs de la CNCI et de la FTJA, Alain Barbey, directeur de Lyria, et Charles Constantin, membre de la direction de la CNCI.


Actualisé le

Actualités suivantes