Un an de taxe au sac : conséquences sur l'emploi chez Vadec

Les ménages neuchâtelois sont devenus des bons élèves en matière de gestion des déchets. Le ...
Un an de taxe au sac : conséquences sur l'emploi chez Vadec

Taxe poubelle, sacNEVa Depuis le passage à la taxe au sac début 2012, l'entreprise Vadec incinère 40% d'ordures en moins. Un manque à gagner qui pourrait se solder par une suppression de postes.

Les ménages neuchâtelois sont devenus de bons élèves en matière de gestion des déchets. Le Canton dresse un bilan réjouissant depuis l’introduction de la taxe au sac au 1er janvier 2012.

Par rapport à l'année précédente, le taux de recyclage du papier a augmenté de près d’un tiers. L’objectif pour rejoindre la moyenne suisse en matière de taux de tri des déchets, fixée à 50%, est quasiment atteint.

 

Emplois menacés chez Vadec

Le volume total des déchets incinérés a quant à lui baissé de 40%. C'est une bonne nouvelle pour l'environnement, mais un manque à gagner pour Vadec, l'entreprise de valorisation des déchets de l'Arc jurassien. Son directeur des opérations, Emmanuel Maître, n'est pas surpris par cette diminution. Notre stratégie d'entreprise a d'ailleurs prévu l'arrêt des lignes d'incinération du site de Colombier à l'horizon 2016.

Des emplois pourraient alors être supprimés. Selon Emmanuel Maître, des discussions ont été menées avec les collaborateurs et les partenaires sociaux. Une convention à ce sujet a par ailleurs été mise sous toit.

 

Recyclage du plastique problématique

Dès mars 2012, le canton de Neuchâtel a généralisé la collecte du PET dans les déchetteries. Mais des progrès restent à faire dans la filière de l'élimination du plastique.

Actuellement, 40% du plastique est recyclé, le reste est brûlé. Selon Vadec, qui avance ce chiffre, cette filière est rendue compliquée par certains déchets souillés. Une barquette de charcuterie qui contient des résidus de viande ou une bouteille d’huile pas complètement vide ne peuvent pas être recyclées, rappelle Emmanuel Maître.

 

Amendes payantes

Les amendes fixées par les communes pour punir les citoyens qui trient mal leur déchets ont porté leurs fruits. En 2012, le taux de tricherie a pu être ramené à moins de 3%. A titre d'exemple en ville de Neuchâtel, 427 cas d'incivilités se sont soldés par une amende en 2012. /sco


Actualisé le

Actualités suivantes

Articles les plus lus