Les déchets sauvages en augmentation

Les déchets abandonnés au bord des routes, dans les forêts ou dans des communes françaises ...
Les déchets sauvages en augmentation

Le nombre de sacs poubelle abandonnés augmente. Le nombre de sacs poubelle abandonnés augmente.

Des déchets abandonnés au bord des routes, dans les forêts ou dans des communes françaises situées juste de l’autre côté de la frontière… Ce sont aussi des conséquences de l’introduction de la taxe au poids dans le Val-de-Travers et de la taxe au sac ailleurs dans le canton, le 1er janvier 2012.
En quelques mois, plus de sept tonnes de sacs poubelle sauvages ont été ramassés à proximité des principaux axes routiers du canton de Neuchâtel, où il est facile de s’arrêter pour décharger. La quantité de papiers gras et autres déchets non emballés est aussi en augmentation, mais le phénomène existait déjà massivement avant le changement de taxe.
Des communes françaises frontalières ont aussi vu affluer des sacs poubelle et des déchets d’entreprises en provenance de Suisse, laissés dans des containers ou dans la nature.
 

Exemple à Val-de-Travers

Pour la commune de Val-de-Travers, où le kilo de déchets est facturé 40 centimes, l’introduction de la taxe au poids a eu plusieurs conséquences indésirables. Certains résistants lâchent leurs déchets n’importe où, d’autres laissent leurs sacs poubelle devant les Moloks plutôt que de dedans. Les services concernés ont aussi remarqué une augmentation des déchets encombrants abandonnés aux écopoints alors que ces matériaux doivent être apportés à la déchetterie. Les corbeilles urbaines sont davantage utilisées que par le passé. Si cette tendance se confirme, une tournée de ramassage supplémentaire devrait être mise en place. Il y a des incivilités, mais globalement, les habitants de la commune jouent bien le jeu et trient davantage leurs déchets. En un an en moyenne, un Vallonnier produit 240 kilos de déchets incinérés et 182 kilos de déchets triés. /msa


Actualisé le

Actualités suivantes

Articles les plus lus