Couac et malaise à l'UDC neuchâteloise

Quatre conseillers généraux UDC, au lieu de cinq, ont été proclamés élus par le Conseil communal ...
Couac et malaise à l'UDC neuchâteloise

Raymond Clottu Le comité cantonal de l'UDC neuchâteloise, avec son vice-président Raymond Clottu, ont du boulot pour remettre le parti sur les bons rails avant les élections du 13 mai.

Quatre conseillers généraux UDC, au lieu de cinq, ont été proclamés élus par le Conseil communal à Neuchâtel.  Leurs noms sont publiés dans la Feuille officielle du canton. Ils vont remplacer les dissidents démissionnaires en attendant les élections communales du 13 mai.

Mais pourquoi quatre élus et non cinq, puisque les démissionnaires sont au nombre de cinq ? Les Explication de ce couac: sont à rechercher dans un problème de communication. .. C’est l’explication avancée par le comité cantonal de l’UDC  pour justifier l’absence d’un 5e nom. Marc-André Bugnon devait compléter la liste, selon le vice-président Raymond Clottu. 

 

Trop tard

Du côté de la Chancellerie de la Ville de Neuchâtel, on a rendu attentif le président de la section Luc Grandchamp qu’il manquait un nom lorsqu’il a déposé sa liste. Lui-même candidat, celui-ci a été catégorique : il n’y avait pas de 5e candidat.

Cette version nous a été confirmée par l’intéressé lui-même, qui attendait, dit-il, que le comité cantonal lui annonce ce 5e nom.  On ne l’a visiblement jamais averti…

Résultat des courses : le délai étant échu, Marc-André Bugnon attendra les élections communales du 13 mai, pour éventuellement faire son retour au Conseil général. Pour la petite histoire, il faisait partie des premiers démissionnaires UDC du législatif de Neuchâtel en cours de législature..

 

Malaise profond

La vraie explication de ce couac se trouve plutôt  dans le malaise qui ronge l’UDC neuchâteloise, particulièrement dans les relations entre la section de la Ville et le comité cantonal.

Le président de la section Luc Grandchamp avait une dizaine de jours avant l’échéance du délai pour annoncer ce 5e candidat, que le comité cantonal avait pourtant trouvé.  Il ne l’a pas fait, faute d’avoir un contact avec ses instances dirigeantes. Et de son côté, le comité cantonal n’a rien fait non plus pour annoncer ce 5e nom à la section.

Conflits de personnalité, clans, démissions, dissidence.  La section de l’UDC de  Neuchâtel est bien malade.  Et ça devient contagieux. Le comité cantonal ne semble pas vraiment concerné, prétextant l’autonomie des sections.

Les quatre UDC proclamés élus par le Conseil communal de Neuchâtel sont Luc Grandchamp, André Thévoz, Emanuel Schardt et Christian Mérillat.  Ils ne pourront siéger au Conseil général que deux fois, en avril, avant les élections de mai. Leur sort sera ensuite entre les mains du souverain. /fpa

 


Actualisé le

Actualités suivantes

Articles les plus lus