Occupation à l'Uni de Neuchâtel suspendue momentanément

Le collectif propalestiniens a suspendu mercredi soir son occupation de l'aula des Jeunes-Rives ...
Occupation à l'Uni de Neuchâtel suspendue momentanément

Le collectif propalestiniens a suspendu mercredi soir son occupation de l'aula des Jeunes-Rives. Ils se réunissent jeudi matin en assemblée générale afin de se déterminer sur la suite du mouvement

L'occupation de l'Université de Neuchâtel a été suspendue durant la nuit. L'occupation de l'Université de Neuchâtel a été suspendue durant la nuit.

Le collectif propalestiniens a accepté mercredi vers 22h de suspendre l'occupation de l'aula des Jeunes-Rives de l'Université de Neuchâtel afin d’ouvrir le dialogue avec le rectorat. Les étudiants se réunissent jeudi matin en assemblée générale pour décider de la suite.

Quelques banderoles flottaient encore à l’aube, mais la porte de l'aula est restée fermée. « On a fait un pas dans leur sens en acceptant de suspendre notre occupation mais le rectorat s'est montré complètement fermé et refuse un dialogue pacifique. On est déçus », ont expliqué des membres du collectif à une journaliste de Keystone-ATS. Le collectif s’est également plaint sur les réseaux sociaux de voir ses banderoles et autres affiches « séquestrées ».

Faux, rétorque le rectorat. Le porte-parole de l’Université souligne que les cadres de l’UniNe restent ouverts au dialogue. Ils attendent la liste des manifestants qui souhaitent rencontrer le rectorat. Le porte-parole rappelle aussi que les manifestants étaient appelés à libérer les lieux mercredi soir avec leur matériel. Les affiches et banderoles laissées sur place ont été entreposées dans un local annexe avant que le collectif ne récupère son matériel.


Le monde politique réagit

Des députés neuchâtelois de l'UDC, du PLR et des Vert'libéraux ont dénoncé mercredi soir dans une déclaration commune « cette occupation illégale ». Ils demandent au rectorat et au Conseil d'Etat de réagir immédiatement. « Au sein d'autres universités romandes, ceux qui refusaient de s'associer à la cause ont dénoncé un climat délétère les empêchant d'étudier convenablement. Cela ne doit pas être toléré dans l'enceinte de l'Université de Neuchâtel », ont-ils notamment relevé. /ATS-cdf-fba-aju


Actualisé le

Actualités suivantes

Articles les plus lus