Le Locle tient à son street art

Depuis 2018, il permet de situer Le Locle sur la carte de l’art urbain. L’exomusée recevra ...
Le Locle tient à son street art

Depuis 2018, il permet de situer Le Locle sur la carte de l’art urbain. L’exomusée recevra plus de soutien de la Mère commune : 100'000 francs par an jusqu'en 2027

Le Locle accroît son soutien à l'exomusée. (Photo : Archives - Bertrand Pfaff) Le Locle accroît son soutien à l'exomusée. (Photo : Archives - Bertrand Pfaff)

L’exomusée va continuer de vivre et d’évoluer au Locle. Le Conseil général a accepté à l’unanimité mercredi soir de soutenir le projet de l’association Luxor Factory par une subvention annuelle reconductible de 100'000 francs sur la période 2024 à 2027.

Les fresques murales réalisées depuis 2018 sur des façades d’immeubles de la Mère commune par des artistes de renommée internationale ont été reconnues comme éléments de première importance dans le cadre des accords de positionnement stratégique de la Ville. « L’exomusée contribue au rayonnement du Locle », peut-on lire dans le rapport du Conseil communal. « Son attrait a permis une augmentation conséquente des touristes, tout en améliorant l’esthétisme de la ville par la réhabilitation de notre patrimoine bâti. » Le soutien de l’Etat de Neuchâtel et de la Confédération a pris fin cette année, et le Conseil général dans son ensemble a accepté de mettre la main au porte-monnaie. Un soulagement et une preuve de reconnaissance pour François Balmer, le directeur de l’exomusée.

François Balmer, directeur de l’exomusée : « Pour mériter l’appellation de haut lieu de l’art urbain, ça nécessite une pérennisation au niveau des apports financiers »  

Grâce à cette subvention, Luxor Factory va pouvoir continuer son travail. Un travail qu’il entend bien réserver à la commune du Locle. Approché par plusieurs villes, François Balmer estime que « ça serait contreproductif de reproduire un projet similaire dans un environnement proche. Si on trouve du street art partout à la ronde, ça va dissoudre l’attractivité de ce projet. »

Ce soutien annuel de 100'000 francs jusqu’en 2027 ne signifie pas que Luxor Factory va se reposer sur ses lauriers. L’association va continuer à chercher de nouvelles sources de financement, notamment auprès des entreprises de la place. « C’est très difficile aujourd’hui de les mobiliser », constate François Balmer.

Energie

Le Conseil général a également accepté à l’unanimité une motion du PLR qui demande à l’exécutif d’étudier la possibilité de créer une centrale photovoltaïque à la carrière des Granges, au Col-des-Roches. Le Conseil communal a soutenu cette demande d’étude, soulignant au passage que le projet d’envergure nécessitera de l’énergie et du temps. « Ça pourrait déboucher sur un partenariat public-privé », a souligné l’exécutif.

Football

Les conseillers généraux se sont ensuite penchés sur une interpellation du POP. Ce dernier s’inquiète de l’avenir du FC Ticino. Le club de football occupe actuellement le stade des Marais, un terrain situé en zone industrielle et qui attise la convoitise d’entrepreneurs.

Le projet du Conseil communal est d’envoyer les footballeurs, 150 juniors, sur un des terrains du Communal. Le site est déjà utilisé par le FC Le Locle et le FC Le Communal.

« Le terrain des Marais n’est pas encore vendu et son utilisation est garantie jusqu’à cet été », a expliqué le chef du dicastère des espaces publics, de l’éducation et des sports. Michaël Berly a précisé que le projet, qui sera soumis cet automne à la Commission des sports, prévoit que les mâts d’éclairage des Marais soient déménagés au Communal. À cela s’ajoutent la création de nouveaux vestiaires et la transformation des anciens en buvette. Présent à la séance, le président du FC Ticino, Carlos Pereira, n’est pas complètement rassuré. Il espère que les engagements pris mercredi soir soient tenus.

Carlos Pereira, président du FC Ticino : « On va dans le bon sens. J’espère que ça se réalise » 

Le travail du Conseil général du Locle s’est poursuivi avec l’acceptation d’une série de motions. L’exécutif communal devra étudier la création d’espaces de liberté à disposition des chiens et de leurs propriétaires, il devra également s’approcher de l’Office fédéral des routes et de La Chaux-de-Fonds pour conserver la piste cyclable et le chemin de mobilité douce entre la Mère commune et la Métropole horlogère dans son état et son tracé actuels. Il s'agira aussi d'analyser les croisements et les passages pour piétons qui posent des problèmes pour la sécurité des piétons et y apporter les modifications nécessaires. Enfin, la mise en place d’un remonte-pente pour vélos sur la montée du Crêt doit être étudiée. /cwi


Actualisé le

Actualités suivantes

Articles les plus lus