Gare de Neuchâtel : la Ville réagit au mécontentement des commerçants 

Plusieurs commerçants, dont La Poste, évoquent une baisse de leur chiffre d’affaires en raison ...
Gare de Neuchâtel : la Ville réagit au mécontentement des commerçants 

Plusieurs commerçants, dont La Poste, évoquent une baisse de leur chiffre d’affaires en raison du plan de circulation testé depuis début mai. Selon la Ville de Neuchâtel, la fréquentation de la gare reste stable

Une zone de rencontre a été créée sur le plateau de la gare de Neuchâtel depuis mai dernier. Une zone de rencontre a été créée sur le plateau de la gare de Neuchâtel depuis mai dernier.

Une perte de clientèle qui se maintient dans la durée : c’est ce dont se plaignent les commerçants du plateau de la gare à Neuchâtel. Ils pointent du doigt le nouveau plan de circulation et de stationnement testé depuis le mois de mai. Ils avaient déjà déposé une pétition munie de près de 800 signatures auprès des autorités communales en juillet dernier. 

De son côté, le conseiller communal en charge du dossier Mauro Moruzzi indique que la fréquentation de la gare est restée stable par rapport à 2022. À ses yeux, ce système a permis d’améliorer l’accessibilité du site et la fluidité du trafic. « Les congestions ont disparu pratiquement complètement », dit-il. La Ville a pour mission d’assurer l’accès à la gare aux voyageurs sur le départ, rappelle Mauro Moruzzi.

Mauro Moruzzi, conseiller communal

Situation financière difficile pour certains commerces

Certains commerçants dépeignent une situation critique et songent à jeter l’éponge à l’image du restaurateur à la tête du Glob, mais aussi du kiosquaire qui tient l’enseigne du hall de la gare. Tous s’accordent à dire que la baisse de fréquentation observée après l’entrée en vigueur de ce nouveau plan de circulation s’est maintenue dans la durée. Au Glob, le chiffre d’affaires est en recul de 20 à 30% en moyenne sur ces neuf derniers mois, selon son patron. La perte s’élève à environ 20% en moyenne au magasin bio qu’il tient également sur le plateau de la gare. Le kiosquaire dit quant à lui enregistrer de grosses pertes mois après mois et ne plus couvrir ses charges.

Mauro Moruzzi dit partager ces préoccupations, mais y voit l’effet de plusieurs facteurs parmi lesquels la perte de pouvoir d’achat actuelle ou encore la météo qui peut avoir un impact sur la fréquentation des terrasses. « On constate que certains secteurs sont en train de souffrir passablement, mais pas seulement sur le plateau de la gare, également sur l’entier du territoire communal et en fait dans tout le pays », dit-il.

Mauro Moruzzi, conseiller communal

Le conseiller communal Mauro Moruzzi. Le conseiller communal Mauro Moruzzi.

Nuisances et baisse de fréquentation à La Poste

La Poste fait elle aussi état de plusieurs centaines de clients en moins par mois, soit l’équivalent de 10% de sa clientèle. « Ce 10% est clairement imputable aux nouveaux aménagements », selon Corinne Tschanz, porte-parole de La Poste pour l’Arc jurassien et Vaud. Le géant jaune fait par ailleurs face à des problèmes de stationnement. Les cinq places en surface à disposition de ses clients sont régulièrement utilisées, parfois toute la journée, par des véhicules sans lien avec le guichet, explique Corinne Tschanz. Des discussions sont en cours avec la Ville à ce sujet pour trouver des solutions, précise-t-elle. Corinne Tschanz ajoute que la zone de rencontre qui a été créée tend à attirer « certaines personnes qui génèrent des nuisances, par exemple dans les locaux des cases postales ». La Poste observe « une augmentation conséquente des déchets ».


Pas de recrudescence de cas problématiques, selon le Conseil communal

À ce sujet, Mauro Moruzzi indique que trois corps de police sillonnent la zone régulièrement : la Police ferroviaire, la Police neuchâteloise et la sécurité urbaine. « On n’observe pas une recrudescence de cas problématiques » dans cette zone en lien avec les réaménagements, ajoute le conseiller communal, même s’il ne nie pas la présence de personnes marginales sur le plateau de la gare, « comme dans toutes les gares du monde », ajoute-t-il.


Deux visions de l’accessibilité se confrontent

Les questions d’accessibilité sont au cœur du mécontentement de la clientèle, selon Cyrielle Collet, fleuriste chez Aubert fleurs ; magasin qui déplore également une baisse de fréquentation. « C’est un vrai sujet de conversation pour les clients », dit-elle. Le fait de devoir emprunter les parkings souterrains est problématique pour une partie d’entre eux, selon la fleuriste.

Cyrielle Collet, fleuriste chez Aubert fleurs

Cyrielle Collet, fleuriste chez Aubert fleurs. Cyrielle Collet, fleuriste chez Aubert fleurs.

Parmi ces clients mécontents figure Dominique Henz. « Avant, je venais une fois par semaine à la gare, maintenant c’est une fois par mois, parce que c’est trop compliqué de se parquer », estime-t-elle.

La Ville a réduit le nombre de places de parc en surface pour favoriser l’usage des parkings souterrains. Parmi les autres changements figurent la mise en place d’un sens unique de circulation depuis la rue Crêt-Taconnêt et d’une zone de rencontre à 20 km/h. L’objectif est de rendre les lieux plus sécurisés et plus agréables pour les piétons.

Mauro Moruzzi admet que tout changement peut avoir un impact sur les habitudes. Il précise toutefois que la zone de la gare compte toujours 350 places de parc disponibles et observe une hausse de fréquentation des parkings souterrains, « sans saturation » pour autant, précise-t-il. Le conseiller communal ajoute que les CFF ont revu à la baisse leurs tarifs dès la 2e heure de parcage pour répondre à certaines critiques sur les prix. À ses yeux, il s’agit aussi de penser à la sécurité des 5'000 piétons qui empruntent la zone de la gare aux heures de pointe et qui devaient jusque-là slalomer entre les voitures en quête d’une place de stationnement.

Pour Mauro Moruzzi, le système actuel améliore également l’accès pour les bus de substitution qui doivent pouvoir prendre le relais d’un train dans la demi-heure qui suit l’annulation d’une course. Sur ce plan, « les retours des transporteurs, tels que CFF et BLS, sont positifs », affirme Mauro Moruzzi.

Anne Schlittler du magasin de thé Cordon rouge appelle de son côté les autorités à rétablir la circulation dans les deux sens. Le schéma actuel décourage certains à venir à la gare, selon elle.

Anne Schlittler du magasin Cordon rouge

Le Conseil communal défend ses choix

Face aux récriminations, la Ville de Neuchâtel a procédé à quelques modestes ajustements du dispositif. « Tout n’est pas parfait, loin de là, mais ça va dans le bon sens », selon Mauro Moruzzi.

Les arguments de la Ville sont corroborés par les CFF : « Nous n’enregistrons actuellement pas de baisse de fréquentation générale des utilisateurs de la gare de Neuchâtel », indique Jean-Philippe Schmidt, porte-parole des CFF. Il ajoute qu’il faut attendre la fin du test mené par la Ville « pour tirer un premier bilan ».

À l’issue de cette phase de test, Mauro Moruzzi indique qu’une enquête de satisfaction sera menée. L’objectif est de cerner quelle formule sera retenue en vue de la réfection du Crêt-Taconnêt et du plateau de la gare qui se profile pour les années à venir. En attendant, la Ville de Neuchâtel a complété son site Internet avec diverses informations sur ce dossier dans le but notamment de répondre aux questions les plus fréquentes. Une réponse sera aussi apportée par le Conseil communal à la pétition déposée par les commerçants. /sbm


Actualités suivantes

Articles les plus lus