Les CFF ne doivent pas passer avant les projets ferroviaires régionaux

Les cantons, dont Neuchâtel, sont opposés à la proposition du Conseil fédéral d’utiliser le ...
Les CFF ne doivent pas passer avant les projets ferroviaires régionaux

Les cantons, dont Neuchâtel, sont opposés à la proposition du Conseil fédéral d’utiliser le Fonds des infrastructures ferroviaires pour aider les CFF à passer la crise Covid. Une lettre a été envoyée aux autorités fédérales

La ligne directe entre Neuchâtel et La Chaux-de-Fonds pourrait prendre du retard. (Photo : archives KEYSTONE / Jean-Christophe Bott). La ligne directe entre Neuchâtel et La Chaux-de-Fonds pourrait prendre du retard. (Photo : archives KEYSTONE / Jean-Christophe Bott).

Il ne faut pas que les projets ferroviaires régionaux suisses prennent du retard à cause de la santé financière des CFF. C’est en tout cas l’avis de la Conférence des directeurs cantonaux des transports publics (CTP). Celle-ci s’est exprimée à la suite d'une mesure prise par le Conseil fédéral et communiquée mi-décembre : celle d’utiliser le Fonds des infrastructures ferroviaires (FIF) à hauteur d’1,7 milliard de francs, afin d’aider les CFF à passer la crise Covid.

La CTP a envoyé une lettre aux autorités fédérales la semaine dernière afin d’exprimer son mécontentement. Dans son courrier, elle estime que cette solution n’est pas la meilleure sur le long terme, le FIF étant déjà touché par la pandémie de coronavirus. Pour le président de la Conférence des directeurs cantonaux des transports, le Conseiller d’Etat neuchâtelois Laurent Favre, des garanties doivent maintenant être données par le Conseil fédéral. Deux possibilités existent selon lui : ne pas prélever d’argent dans le Fonds des infrastructures ferroviaires ou trouver le moyen de renflouer le FIF.

Laurent Favre : « Il est faux de la part de la Confédération de prélever dans le FIF, qui sert à réaliser les futures infrastructures ferroviaires dans tout le pays ».

Ligne directe Neuchâtel-La Chaux-de-Fonds concernée

Le Fonds des infrastructures ferroviaires sert donc aussi à financer certains projets régionaux d’ici 2035. Ces derniers pourraient prendre du retard, si l'argent est alloué aux CFF, à l’image de la ligne directe Neuchâtel-La Chaux-de-Fonds. Pour la mise en place du projet neuchâtelois, environ 930 millions de francs doivent être financés par le FIF. 45 millions proviennent des finances cantonales.

Laurent Favre : « La ligne directe Neuchâtel-La Chaux-de-Fonds n’est pas plus concernée qu’une autre par des retards »

/swe


Actualités suivantes

Articles les plus lus