Budget 2021 positif malgré le Covid

Le Grand Conseil neuchâtelois a accepté un budget 2021 marqué par la pandémie mais qui présente ...
Budget 2021 positif malgré le Covid

Le Grand Conseil neuchâtelois a accepté un budget 2021 marqué par la pandémie mais qui présente tout de même un bénéfice de 8 millions de francs

(Photo : KEYSTONE / Christian Beutler). (Photo : KEYSTONE / Christian Beutler).

Le coronavirus s’est invité dans l’étude du budget 2021 de l’Etat de Neuchâtel. Les députés ont accepté mardi, par 104 voix contre 5 et 2 abstentions, une version largement amendée pour tenir compte des effets de la pandémie sur les finances cantonales.

La première mouture du budget prévoyait un bénéfice de 21 millions de francs. L’excédent de revenus est ramené à 8 millions par les amendements du gouvernement, en raison d’une hausse des dépenses et d’une baisse des revenus dans de nombreux domaines en raison de la pandémie.


Pas de politique politicienne

Les groupes ont fait contre mauvaise fortune bon cœur face à la situation sanitaire et ses effets sur les finances. Le député PLR Andreas Jurt a indiqué que son parti « refusait de pratiquer une politique politicienne face à la crise ».

Au centre, la vert’libérale Mireille Tissot-Daguette a qualifié le budget en cette période de coronavirus « d’exercice de prestidigitation ». Un exercice qui a convaincu les membres de son groupe.

À gauche, si le parti socialiste a été convaincu par le budget amendé, le groupe PopVertsSol « est resté sur sa faim », selon Armin Kapetanovic, qui s’est inquiété de la baisse des recettes fiscales. Le popiste s’est également interrogé sur la pertinence de présenter un budget bénéficiaire de 8 millions de francs quand autant de personnes font face à de grandes difficultés financières en raison de la pandémie.

Symbole d’une certaine union sacrée face à la crise, tous les amendements, de gauche comme de droite, ont été retirés.


Modifications de lois

Pour pouvoir ratifier ce budget, les députés ont dû voter de modifier deux lois : celle sur les finances de l’Etat et des communes (LFinEC) et celle sur le fonds d’aide aux communes (LFAC). Ils ont accepté ces changements par 107 voix et une abstention. Provisoires, ces modifications permettent pour les années 2020 et 2021 de considérer l’excédent à la part ordinaire des revenus de la BNS comme une recette ordinaire et donc de l’utiliser pour faire face aux surcoûts et aux baisses de revenus liés à la pandémie. /mwi


 

Actualités suivantes

Articles les plus lus