Rénovation innovante à l’Université de Neuchâtel

La pose de panneaux solaires sur une partie du bâtiment UniMail a commencé. L’ancien revêtement ...
Rénovation innovante à l’Université de Neuchâtel

La pose de panneaux solaires sur une partie du bâtiment UniMail a commencé. L’ancien revêtement pierreux en marbre n’était pas adapté et menaçait de s’effondrer

Les quatre façades du bâtiment de l'animalerie seront bientôt recouvertes de panneaux solaires. Les quatre façades du bâtiment de l'animalerie seront bientôt recouvertes de panneaux solaires.

La rénovation du bâtiment UniMail de l’Université de Neuchâtel entame sa dernière ligne droite. Plusieurs façades de la faculté des Sciences sont en train d’être remplacées par des panneaux solaires. Actuellement, ce sont la face sud et toutes celles de l’animalerie qui sont concernées. L’architecte cantonal, Yves-Olivier Joseph, explique que « si les panneaux photovoltaïques ont trouvé leur place sur les toits neuchâtelois, recouvrir les façades d’un bâtiment est bien plus innovant. Nous avons déjà posé des panneaux solaires sur des toits d’écoles ou d’autres bâtiments mais en façade c’est une première ».

Ainsi, même la face nord du bâtiment dit de l’animalerie sera dotée de panneaux solaires. Yves-Olivier Joseph explique que l’approche a changé : « Aujourd’hui, on parle de façades actives. La partie nord va évidemment produire moins mais elle va toujours produire de l’électricité par rapport à un revêtement pierreux. C’est toujours mieux que rien sur la durée ».

Encore maintenant, le photovoltaïque reste un matériau qui peut être jusqu’à 50% plus cher que la pierre, selon les estimations d’Yves-Olivier Joseph. Pour l’architecte cantonal, le surcoût que cela représente sera compensé par la production d’énergie: « Dans un bâtiment nouveau, c’est un investissement plus important. Mais si nous prenons en compte le fait que ces panneaux vont produire de l’énergie pendant quelques années, cette dernière va compenser le surcoût ».

Pas question donc de gagner de l’argent mais d’amortir les surcoûts liés à la pose des panneaux solaires. « L’énergie produite sera utilisée directement sur le site et couvrira environ 1% de l’énergie utilisée », selon Yves-Olivier Joseph.

Finalement, l’architecte cantonal se veut rassurant quant à la robustesse de cette rénovation. « Je pense que de mon vivant on ne parlera plus de cette problématique de façade », souri Yves-Olivier Joseph.

Yves-Olivier Joseph, architecte cantonal

Après des années de travaux ponctuels, le projet de la rénovation complète a commencé en 2018. En 2016, le Grand Conseil avait voté un crédit de quatre millions et demi pour le projet. La fin des travaux est quant à elle prévue pour début 2021. /cde


 

Actualités suivantes

Articles les plus lus