Neuchâtel : comptes adoptés mais enthousiasme tempéré

Le Conseil général de Neuchâtel a validé lundi les comptes 2019 affichant un bénéfice de 50 ...
Neuchâtel : comptes adoptés mais enthousiasme tempéré

Le Conseil général de Neuchâtel a validé lundi les comptes 2019 affichant un bénéfice de 50 millions de francs ; un chiffre jugé trompeur par plusieurs élus

Le Conseil général siégeait pour la deuxième fois au Château de Neuchâtel, pour des raisons sanitaires. Le Conseil général siégeait pour la deuxième fois au Château de Neuchâtel, pour des raisons sanitaires.

Les comptes 2019 de la Ville de Neuchâtel ont passé sans difficulté la rampe du Conseil général lundi soir. Certaines voix se sont toutefois élevées contre le bénéfice affiché de 50 millions de francs, jugé peu représentatif de la réalité. Ce résultat est le fruit de la dissolution d’une provision liée à Prévoyance.ne de 60,7 millions de francs sans laquelle les comptes auraient présenté un déficit de quelque 10 millions de francs. Le budget 2019 tablait lui sur un bénéfice de 1,4 million.

Pour le libéral-radical Jérôme Bueche, ce « bénéfice magique » cache un déficit structurel auquel le Conseil communal peine à s’attaquer au fil des ans. Il appelle à revoir à la baisse les prestations fournies par la Ville et à ne surtout pas faire perdurer les doublons lors de la fusion. Pour Jean Dessoulavy, du groupe Vert’libéraux-PDC, cet excédent est « fictif » et ne donne pas lieu de pavoiser. Au contraire, aux yeux de l’élue socialiste Julie Coursier Delafontaine « ce bénéfice correspond à une réalité ».

Les différents groupes politiques ont en revanche affiché une inquiétude unie face à la diminution des recettes fiscales de près de 6,6 millions de francs par rapport au budget. Cette baisse s’explique, du côté des personnes physiques, par une augmentation des déductions des frais de garde et, du côté des personnes morales, par les résultats 2018 en baisse d’un des plus gros contribuables de la Ville.

Plusieurs élus ont également regretté qu’une fois de plus les investissements ne soient pas à la hauteur de ce qui était prévu au budget, tout en relevant une amélioration sur ce point.

Le conseiller communal en charge des finances Fabio Bongiovanni a tenté de tempérer ces critiques en relevant que les recettes fiscales sont en hausse si on les compare aux comptes 2018. Il a aussi indiqué que le nombre d’entreprises s’installant sur le territoire communal était toujours plus élevé, participant à la diversification du tissu économique. « L’assise financière de la Ville est bonne et doit nous permettre d’affronter la récession qui s’amorce», en lien avec la pandémie de coronavirus, a-t-il conclu.


Inquiétudes en matière de ressources humaines

Lundi soir, la gauche a par ailleurs fait part de son inquiétude face au gel de certains postes, actuellement non repourvus en raison de la fusion à venir, du stress relevé au sein du personnel communal et du faible recours à la formation continue.

Le groupe PLR s’est aussi interrogé sur l’état du Dicastère de l’urbanisme et plus précisément de son Service des bâtiments. La conseillère communale en charge du dossier, Christine Gaillard, a indiqué que la restructuration était achevée après plusieurs années de dysfonctionnement, que le retard en matière de gestion du patrimoine était en cours de rattrapage mais que l’année 2019 avait encore été marquée par un manque de personnel.


Vers moins d’éclairage public la nuit

Le Conseil communal est appelé à diminuer, voire à supprimer, l’éclairage public durant la nuit sur l’ensemble du territoire communal afin de favoriser la santé publique ainsi que la biodiversité et de réaliser des économies d’énergie. Le législatif a adopté une motion en ce sens lundi soir. Le texte issu du groupe PopVertSol demande également que ces mesures soient étendues à l’éclairage privé avec l’objectif de diminuer la luminosité dans les vitrines commerciales et de supprimer les enseignes clignotantes. La motion vise encore à éteindre le phare de Chaumont. Pour le groupe, ce dernier représente tout ce qu’il ne faut pas faire en matière d’éclairage public.


Crêt-Taconnet : remettre l’ouvrage sur le métier

Finalement, le Conseil communal devra une nouvelle fois se pencher sur le sens idéal de circulation à la rue du Crêt-Taconnet. Le Conseil général a adopté un postulat lui demandant d’étudier trois variantes pour ce tronçon : le sens unique montant, le sens unique descendant et une interdiction de la circulation automobile. Le Conseil communal propose lui une bande cyclable descendante, en contresens des flux montant des véhicules. Une limitation d’accès pour les poids lourds de moins de 10 mètres de long accompagne cette mesure. /sbe


Actualisé le

 

Actualités suivantes

Articles les plus lus