Encourager l’engagement citoyen

Les autorités de la Ville de Neuchâtel font un pas de plus vers la création d’assemblées citoyennes ...
Encourager l’engagement citoyen

Les autorités de la Ville de Neuchâtel font un pas de plus vers la création d’assemblées citoyennes, que la fusion ait lieu ou pas

Le Conseil général a validé l'idée d'assemblées citoyennes pour encourager l'engagement politique de proximité. Le Conseil général a validé l'idée d'assemblées citoyennes pour encourager l'engagement politique de proximité.

La Ville de Neuchâtel veut encourager la participation citoyenne de proximité. Le Conseil général a pris acte ce lundi d’un rapport du Conseil communal visant à mettre en place des assemblées citoyennes. Pour rappel, ce dispositif fait partie des mesures prévues par la convention de fusion entre les communes de Neuchâtel, Peseux, Corcelles-Cormondrèche et Valangin. 

Ces assemblées doivent servir de lieu officiel d’échange réunissant des habitants d’un périmètre de la ville, sans distinction de nationalité ou de droit de cité. Les thèmes débattus pourraient concerner l’aménagement du territoire de la commune, la circulation ou encore la gestion des espaces publics.

Pour le conseiller communal Thomas Facchinetti, c’est une façon d’encourager le dialogue avec la population, en complément de l’action des associations de quartier. Si l’exécutif laisse le soin aux autorités de la future commune de mettre en place ces assemblées, il émet toutefois plusieurs propositions comme un découpage de la ville en trois zones, qui chacune abriterait une assemblée. De plus, le Conseil communal propose que le projet soit maintenu sous une forme allégée même si la fusion ne devait pas se réaliser comme prévu, selon ce que décide le Tribunal fédéral.


Une base légale pour la vidéo surveillance

Parmi d’autres décisions, le Conseil général a validé à l’unanimité le règlement d’exploitation des quelque 69 caméras de surveillance installées sur le territoire communal. Ce cadre légal met la Ville de Neuchâtel en conformité avec les exigences du droit supérieur. Les élus ont toutefois obtenu que seule une délégation du Conseil communal (trois membres) et non l’entier, puisse visionner des images en vue d’identifier l’auteur d’une infraction. De plus, tout visionnage par l’exécutif devra faire l’objet d’un procès-verbal.


Limiter le trafic motorisé individuel

La Ville de Neuchâtel va aussi étudier des mesures pour limiter le trafic motorisé individuel de 5% par an  afin de se conformer à sa stratégie énergétique pour ces quinze prochaines années. Le Conseil général a largement donné suite à une motion conjointe des groupes PopVertSol et Vert’libéraux/PDC en ce sens. La conseillère communale en charge de la mobilité, Christine Gaillard, assure que l’objectif sera atteint sans mener la vie dure aux automobilistes. Reste que l’exécutif s’engage à amener davantage de personnes à privilégier les transports publics ou la mobilité douce plutôt que la voiture. Cela passera par exemple par une meilleure offre en transports publics mais aussi par une régulation du trafic moins attractive en ville.


Déchets encombrants

Le transport des déchets encombrants à la déchetterie de Plaines-Roches a donné lieu à quelques passes d’armes au Conseil général. Le parti socialiste, par la voix de Baptiste Hurni, estime que les prestations en la matière sont actuellement insuffisantes pour les personnes à mobilité réduite ou qui n'ont pas de voiture. Malgré tout, le Conseil communal refuse de réintroduire un système de ramassage par la voirie et préfère laisser les prestataires privés s’en charger (par exemple les ateliers Phénix), voire des associations de quartier comme c’est le cas dans d’autres communes voisines. Surtout, la conseillère communale, Violaine Blétry de Montmollin, juge qu’un ramassage régulier des encombrants n’encourage pas les citoyens au tri et nuit à la salubrité du domaine public. Cela n’empêche pas les autorités de vouloir tester durant un an une nouvelle offre, soit une navette entre les Trois-Chênes et la déchetterie de Plaines-Roches, pour faciliter le dépôt de certains déchets comme les produits toxiques, la peinture ou encore des nettoyants.


Démissions

Enfin, deux élus du Conseil général ont démissionné pour des raisons professionnelles : la PLR Raymonde Richter et le Vert’libéral, Mauro Moruzzi. Tous deux sont respectivement remplacés par les élus viennent-ensuite Frédérique Mouchet (PLR) et Patricia Burger (VL/PDC). /gwe


Actualisé le

 

Actualités suivantes

Articles les plus lus