Comptes et critiques au Conseil général de Neuchâtel

Les comptes 2018 de la Ville de Neuchâtel ont été approuvés par le Conseil général lundi soir ...
Comptes et critiques au Conseil général de Neuchâtel

Les comptes 2018 de la Ville de Neuchâtel ont été approuvés par le Conseil général lundi soir. Malgré un léger bénéfice, les critiques, plus ou moins virulentes, sont venues de tous les bords. La gauche déplore un manque d’investissements, la droite veut plus d’économies

L'Hôtel de Ville de Neuchâtel où siège le Conseil général. L'Hôtel de Ville de Neuchâtel où siège le Conseil général.

Des chiffres dans le noir, mais qui ne satisfont pas complètement le législatif. Les comptes 2018 de la Ville de Neuchâtel sont passés devant le Conseil général lundi soir. Si l’exercice présente un léger bénéfice de 61'084 francs, alors que le budget prévoyait un déficit de plus de 5,2 millions, il n’a pas totalement convaincu. Malgré un vote d’approbation assez large (33 oui, contre 3 non et 2 abstentions), les groupes n’ont pas manqué d’émettre leurs inquiétudes.

La droite, premièrement, a relevé que sans une réévaluation des actions de Viteos pour plus de 8 millions de francs, les chiffres auraient été largement déficitaires. Un tour comptable qui cache un déficit structurel et que la droite appelle à endiguer à coup d’économies strictes.

Le président du groupe libéral-radical, Alexandre Brodard.

La gauche, elle, était plus en accord avec son exécutif, même si tout n’est pas rose. Elle regrette principalement que les investissements aient été amputés de moitié. Alors que le budget projetait une enveloppe de 34 millions de francs, seuls 16 millions ont été investis.

Le président du groupe socialiste, Jonathan Gretillat.

Par ailleurs, le Conseil général a accepté la création de trois préfinancements, pour plus de 27 millions de francs, qui seront dédiés à la rénovation du Collège des Parcs, au réaménagement des Jeunes-Rives et à la réalisation de la passerelle Fahys-Place de l’Europe.


En vert et tous ensembles

La séance du Conseil général s’est terminée par l’acceptation d’un arrêté. Ce dernier permet la mise en œuvre d’une proposition acceptée l’année passée qui exige que tous les domaines et parcelles agricoles et viticoles en main de la Ville soit cultivés de manière biologique. L’arrêté a été accepté à l’unanimité et sous les applaudissements de l’ensemble des élus. /rgi


 

Actualités suivantes

Articles les plus lus