Lancement d'une étude sur le vignoble neuchâtelois

L’Université de Neuchâtel et plusieurs acteurs s’allient pour approfondir les connaissances ...
Lancement d'une étude sur le vignoble neuchâtelois

L’Université de Neuchâtel et plusieurs acteurs s’allient pour approfondir les connaissances de l’impact du changement climatique sur la culture du raisin dans le canton

La hausse des températures a des conséquences sur le vignoble neuchâtelois, une étude est lancée pour tenter de mieux les cerner. (photo : archives) La hausse des températures a des conséquences sur le vignoble neuchâtelois, une étude est lancée pour tenter de mieux les cerner. (photo : archives)

Une étude pour mieux cerner l’impact du réchauffement climatique dans le vignoble neuchâtelois. Le projet vient de démarrer, au mois de janvier, et durera trois ans. Il sera mené par l’Université de Neuchâtel et l’Institut fédéral de recherches WSL sur la forêt, la neige et le paysage en collaboration avec la station viticole cantonale, les communes viticoles, des viticulteurs neuchâtelois mais aussi Agroscope. Le but principal consiste en la mise en place de cartographies et d’outils destinés aux viticulteurs.

Ce grand projet est né à la suite d’un travail de mémoire de Valentin Comte soutenu en juin 2018. Ses recherches mettent en avant une hausse moyenne annuelle de la température de deux degrés depuis les années 1970 durant la période végétative de la vigne, soit d’avril à octobre. Entre 1969 et 1973, la température moyenne se situait entre 14,15 et 14,5 degrés entre 430m et 500m d’altitude. Entre 2011 et 2016, avec une limite déplacée à environ 550m, la température moyenne s’est élevée entre 15,6 et 16,3 degrés. Autre constat soulevé par ce travail de mémoire, en théorie il serait possible à l’avenir de cultiver le raisin à plus haute altitude qu’actuellement mais aussi de miser sur des cépages typiques du Bordelais tels que le Cabernet ou le Merlot.

Au total, une vingtaine de stations de mesures ont été installées dans et au-dessus du vignoble neuchâtelois pour mieux connaître l’impact du réchauffement climatique. /jpp


 

Actualités suivantes

Articles les plus lus