Un Dies academicus sur les voies de l’avenir

La 73e édition s’est tenue samedi à l’Aula des Jeunes-Rives de l’Université de Neuchâtel en ...
Un Dies academicus sur les voies de l’avenir

La 73e édition s’est tenue samedi à l’Aula des Jeunes-Rives de l’Université de Neuchâtel en présence de plus de 300 personnes. L’avenir du système suisse de formation était au cœur de l’événement

Monika Maire-Hefti, conseillère d'Etat en charge de la formation, et Kilian Stoffel, recteur de l'Université de Neuchâtel. Monika Maire-Hefti, conseillère d'Etat en charge de la formation, et Kilian Stoffel, recteur de l'Université de Neuchâtel.

L’avenir de la formation au cœur du 73e Dies academicus de l’Université de Neuchâtel. La manifestation s’est tenue samedi à l'Aula des Jeunes-Rives en présence de plus de 300 personnes.

Plusieurs défis attendent les universités de Suisse ces prochaines années. Elles devront par exemple adapter leurs programmes pour répondre aux besoins de la société. Par ailleurs, le système des universités et des Hautes écoles est en train de changer. Il met de plus en plus les institutions en concurrence. Elles devront donc trouver leur place et tirer leur épingle du jeu. Pour y parvenir, l’UniNe mise sur la carte de l’interdisciplinarité. 

Sur le plan de la recherche, Neuchâtel n’a rien à envier aux grandes universités. Elle a décroché six des 57 projets du programme lancé par le Fonds national suisse pour accompagner la digitalisation. 

L’UniNE a également conféré un doctorat honoris causa à quatre professeurs : Jean-Marie Charon, Etienne Ghys, Allan Rosas et Frederick A. de Armas. /comm-sma


Actualisé le

 

Actualités suivantes

Articles les plus lus