Mamans de jour réfugiées pour bambins réfugiés

Permettre aux migrantes de s’intégrer professionnellement et socialement, c’est le but du projet ...
Mamans de jour réfugiées pour bambins réfugiés

Permettre aux migrantes de s’intégrer professionnellement et socialement, c’est le but du projet McPhee. Il est en cours depuis ce printemps dans le canton de Neuchâtel, sous l’égide de Caritas

Sarah Humair, formatrice McPhee, Getou Musangu, coordinatrice du projet, Fiyori Habtom, maman de jour McPhee et son fils (tout à droite) et Tirhas Gebrehiwet et sa fille qui bénéficient d'une garde McPhee.  Sarah Humair, formatrice McPhee, Getou Musangu, coordinatrice du projet, Fiyori Habtom, maman de jour McPhee et son fils (tout à droite) et Tirhas Gebrehiwet et sa fille qui bénéficient d'une garde McPhee.

Permettre à des réfugiées de se former dans le domaine de la garde d’enfants et offrir des places à domicile pour que d’autres migrantes puissent s’insérer socialement et professionnellement. C’est le projet McPhee. Il a été lancé en début d’année par Caritas Neuchâtel.

Une première session, ce printemps, a permis à une dizaine de jeunes femmes de se former auprès de professionnelles de la petite enfance. Une deuxième volée est en cours.

Attestation et autorisation en poche, ces dix femmes peuvent désormais s’occuper officiellement de la progéniture d’autre réfugiées, permettant à celles-ci de suivre des mesures d’insertion hors de leur domicile, par exemple des cours de français.

À l’heure actuelle, seuls deux binômes accueillant-accueilli ont pu être formés. Le projet McPhee devrait décoller une fois que le bouche-à-oreille aura fait son œuvre.

Caritas Neuchâtel s’est inspiré d’un modèle fribourgeois pour mettre sur pied son projet. Il bénéficie du soutien financier de Caritas Suisse et du Service de la cohésion multiculturelle du Canton de Neuchâtel pour une durée de trois ans. /cwi


Actualisé le

 

Actualités suivantes

Articles les plus lus