La Grande Béroche : la fusion, et après ?

L’exécutif de la dernière-née des communes fusionnées neuchâteloises a présenté son programme ...
La Grande Béroche : la fusion, et après ?

L’exécutif de la dernière-née des communes fusionnées neuchâteloises a présenté son programme de législature lundi soir devant le Conseil général

La Grande Béroche entend développer sa communication, notamment visuelle avec son logo.  La Grande Béroche entend développer sa communication, notamment visuelle avec son logo. 

Après la fusion, il est temps de se tourner vers l’avenir. Le Conseil communal de La Grande Béroche a présenté lundi soir son programme de législature 2018-2020 au Conseil général, qui pourra poser ses questions lors de la prochaine séance. Les priorités sont la réorganisation interne, l’efficience, la promotion de la nouvelle commune et le développement du lien communautaire et identitaire.

Le programme de législature est une suite logique de la fusion. Le texte prévoit notamment de finaliser la réorganisation de l’administration et d’affiner les prestations offertes à la population. Il s’agit également de lutter contre le déficit de visibilité de la commune en renforçant la communication. Les autorités souhaitent aussi développer le sentiment d’appartenance de la population à la nouvelle commune.

 

Équilibre budgétaire visé

Parmi les objectifs fixés, l’équilibre financier à long terme figure en bonne place, ainsi que l’amélioration de la mobilité dans et entre les villages.

Dans la première partie du rapport, consacrée à l’état des lieux de la commune, l’exécutif relève l’importance de la représentation de La Grande Béroche dans les instances intercommunales et interrégionales comme le Réseau urbain neuchâtelois (RUN) ou l’Association des communes neuchâteloises (ACN). Toutefois, il précise que cette activité prend beaucoup de temps et qu’avec des conseillers communaux à temps partiel, « des solutions devront être trouvées pour pouvoir se donner les moyens de nos ambitions ou alors limiter notre rôle dans ces comités et ainsi renoncer aux bénéfices que peut en tirer notre commune ».

Dans sa conclusion, le Conseil communal rappelle qu’au vu de la longueur de la législature – deux ans et demi – tous les projets ne pourront être finalisés et qu’ils devront être prolongés pour les années 2020-2024. /mwi


 

Actualités suivantes

Articles les plus lus