Des milliers de signatures contre trois parcs éoliens

La pétition lancée au mois de mai contre l'installation de 40 éoliennes entre le Chasseron ...
Des milliers de signatures contre trois parcs éoliens

La pétition lancée au mois de mai contre l'installation de 40 éoliennes entre le Chasseron et le Creux-du-Van a déjà recueilli plus de 7300 signatures. C’est bien plus qu’espéré par les auteurs du texte

Vue des crêtes jurassiennes prise du sommet du Chasseron. (archives) Vue des crêtes jurassiennes prise du sommet du Chasseron. (archives)

La pétition lancée contre l’installation d’une quarantaine d’éoliennes entre le Chasseron et le Creux-du-Van trouve un écho dans la population. Le texte a déjà réuni depuis le mois de mai plus de 7330 signatures, selon un décompte visible ce lundi sur le site des opposants au projet de parc éolien.

C’est bien plus qu’attendu par les promoteurs de la démarche, l’association Paysage-libre Vaud. Son secrétaire général, Jean-Marc Blanc, nous confiait ce printemps espérer au minimum un millier de signatures.

La pétition est soutenue par plusieurs ONG environnementales et personnalités romandes. Elle combat l’implantation de quarante éoliennes industrielles sur les sites vaudois de Grandsonnaz, Grandevent et Provence, considérée comme une menace considérable pour la préservation d’un paysage unique et protégé. Le texte sera remis cet automne aux communes concernées ainsi qu'au Grand Conseil vaudois.

Vers un référendum au niveau national

Lors du lancement de la pétition au mois de mai, il était aussi question d'une nouvelle initiative fédérale pour une meilleure protection du paysage. Or la priorité est désormais de songer plutôt à un référendum. Selon Michel Fior, secrétaire général de Paysage libre suisse, l'inquiétude est vive à l'idée de voir se concrétiser la révision de la loi sur la protection de la nature et du paysage, dont la mise en consultation s’est achevée lundi dernier.

Cette révision soutenue par le camp bourgeois et les milieux de l’énergie vise à assouplir la protection des sites d'importance nationale, pour faciliter les projets dans le domaine des énergies renouvelables mais aussi d'autres constructions d'intérêt cantonal, comme par exemple des remontées mécaniques. À l’inverse, les organisations de défense du patrimoine et de l'environnement, soutenues par la gauche et les Vert’libéraux, s’opposent à un tel assouplissement légal, qui menacerait les zones naturelles et paysagères protégées. /gwe


Actualisé le

 

Actualités suivantes

Articles les plus lus