Le Non Filtré 2017 sent bon le soleil

Le fameux chasselas au visuel trouble reflète l’année 2017 chaude et sèche. Deux dégustations ...
Le Non Filtré 2017 sent bon le soleil

Le fameux chasselas au visuel trouble reflète l’année 2017 chaude et sèche. Deux dégustations publiques se tiennent mercredi à Neuchâtel et jeudi à La Chaux-de-Fonds

Le Non Filtré 2017 : le soleil d'un millésime exceptionnel. Le Non Filtré 2017 : le soleil d'un millésime exceptionnel.

Des notes florales, fruitées et exotiques. Le Neuchâtel Non Filtré 2017 va une nouvelle fois égayer les papilles des amateurs de ce Chasselas au visuel trouble. Présentée à la presse mardi matin à Cressier, cette cuvée sent bon le soleil, reflet d’une année 2017 chaude et sèche. Pamplemousse rose, mangue, zeste de mandarine avec des notes de pommes cuites et de poires mûres figurent dans la palette des saveurs de ce millésime.

Deux dégustations publiques du Non Filtré 2017 sont proposées : mercredi de 17h à 20h au Péristyle de l’Hôtel de Ville à Neuchâtel et jeudi de 17h à 20h à la Maison du Peuple à La Chaux-de-Fonds.

 

Le Non Filtré a toujours plus la cote

Au fil des années, le succès du Non Filtré ne se dément pas. Yann Künzi, directeur de Neuchâtel Vins et Terroir, précise que « 2017 - avec l'écoulement du millésime 2016 - a été la meilleure année de vente de tous les temps avec 130'000 litres ». Les deux tiers de ce vin sont consommés dans le canton, 50 % dans le Bas et 16 % dans le Haut, 10 % dans le reste de la Suisse romande et 14 % en Suisse allemande. Les exportations demeurent, quant à elles, faibles.

Pour Yann Künzi, le Non Filtré est un produit du terroir au fort potentiel de développement, notamment en termes de vente hors du canton. Il constitue aussi une carte de visite pour les touristes de passage dans la région. « L’idée est de prolonger la durée de vie du Non Filtré, non pas en bouteille mais pour les consommateurs car ce vin se garde bien. Les personnes qui viennent nous rendre visite le font surtout lors de la belle saison et il serait agréable que de plus en plus de touristes puissent bénéficier de cette spécialité neuchâteloise. Je peux donc éventuellement conseiller aux viticulteurs de la région d’en produire davantage ». /jpp


Actualisé le

 

Actualités suivantes

Articles les plus lus