Les grévistes de La Providence vont saisir le Tribunal fédéral

Les 22 grévistes de La Providence, qui ont été licenciés, vont recourir au Tribunal fédéral ...
Les grévistes de La Providence vont saisir le Tribunal fédéral

Les 22 grévistes de La Providence, qui ont été licenciés, vont recourir au Tribunal fédéral. Leur avocat Christian Dandrès estime que la décision rendue par le Tribunal cantonal neuchâtelois est consternante et met en danger le droit de grève

Les 22 grévistes de l'hôpital de La Providence iront jusqu'au Tribunal fédéral. (photo : archives) Les 22 grévistes de l'hôpital de La Providence iront jusqu'au Tribunal fédéral. (photo : archives)

Les 22 grévistes de l’Hôpital de La Providence qui avaient été licenciés ne baissent pas les armes. Ils vont faire recours au Tribunal fédéral contre la décision du Tribunal cantonal neuchâtelois, nous a confirmé lundi matin leur avocat Christian Dandrès. En décembre dernier, la Cour pénale avait rejeté le recours formulé contre le jugement de première instance qui stipulait que la grève était illicite. Christian Dandrès estime que « la décision du Tribunal cantonal est consternante et consacre un changement radical de jurisprudence. Les 22 anciens employés de La Providence veulent que le droit de grève puisse être appliqué et qu’ils puissent obtenir réparation par rapport à leur employeur ».

Ce recours a également une portée plus générale pour la Suisse, précise Christian Dandrès. « Il s’agit de tenter d’obtenir du Tribunal fédéral qu’il confirme sa jurisprudence qui était très libérale en matière de droit de grève. C’est un point essentiel pour pouvoir maintenir de bonnes conditions de travail, parce que le droit de grève est nécessaire pour l’élaboration des conventions collectives de travail lorsqu’il y a des conflits entre un employeur et ses employés ».

Pour Christian Dandrès, le droit de grève, qui est un droit fondamental, est donc en danger. « La décision rendue par les juges cantonaux neuchâtelois vide complètement le droit de grève de son sens. C’est l’employeur qui peut décider de tout, qui a le maître mot puisqu’il suffit qu’en cours de conflit collectif, une nouvelle proposition soit faite pour rendre toute grève illégale, c’est une approche consternante. Le TF doit être saisi pour rétablir le droit dans ce domaine ».

Christian Dandrès rappelle encore que « la jurisprudence jusqu’à présent était limpide. Elle prévoit que si une grève est soutenue par un syndicat, qu’elle concerne les conditions de travail et qu’elle a été précédée de tentatives de négociations, ce qui était le cas à La Providence, et bien la grève doit être considérée comme licite ». /jpp


Actualisé le

 

Actualités suivantes

Articles les plus lus