La planification hospitalière de l’Etat n’est pas du goût de Swiss Medical Network

Le groupe privé, qui possède l’hôpital de la Providence et la Clinique Montbrillant, propose ...
La planification hospitalière de l’Etat n’est pas du goût de Swiss Medical Network

Le groupe privé, qui possède l’hôpital de la Providence et la Clinique Montbrillant, propose des amendements au projet du Conseil d’Etat neuchâtelois qui doit entrer en vigueur en 2023

Le site de la Providence de SMN à Neuchâtel. (Photo: SMN) Le site de la Providence de SMN à Neuchâtel. (Photo: SMN)

Swiss Medical Network monte au front. Le Conseil d’Etat neuchâtelois a mis en consultation un projet de loi qui vise à encadrer la future planification hospitalière. Celle-ci doit entrer en vigueur le 1er janvier 2023, mais n’est pas du goût du groupe privé, qui possède l’hôpital de la Providence et la Clinique Montbrillant.

Premier point d’achoppement, celui des quotas fixés par le Canton, qui remettrait en cause, selon Swiss Medical Network, le choix du patient de se faire soigner ou bon lui semble.

Autre point problématique selon le groupe basé à Genolier, celui d’inscrire dans la loi l’obligation d’appliquer la CCT21. Une convention collective, encore en phase de négociations, qui engendrerait une hausse des coûts de la santé, selon lui.

Enfin, le principe d’attribution prioritaire aux hôpitaux publics crée une inégalité de traitement, selon Swiss Medical Network, qui craint une perte de concurrence.

Des revendications qui ne datent pas d’hier. Celles-ci reviennent sur le devant de la scène à chaque fois que des négociations ont lieu entre le Canton et le groupe privé. Le Grand Conseil aura le dernier mot. /comm-rgi


 

Actualités suivantes

Articles les plus lus