Les changements climatiques perturbent les poissons nettoyeurs

Une étude de l'Université de Neuchâtel démontre que les poissons nettoyeurs souffrent de la ...
Les changements climatiques perturbent les poissons nettoyeurs

Une étude de l'Université de Neuchâtel démontre que les poissons nettoyeurs souffrent de la destruction de la Grande Barrière de corail

Crédits photo : A. Hoghet and L. Vail Crédits photo : A. Hoghet and L. Vail

La détérioration de la Grande Barrière de corail en Australie décime les poissons nettoyeurs. Une étude de l'Université de Neuchâtel montre que leur densité de population s'est réduite de 80% en raison des dommages subis à leur environnement, proportion bien plus grande que celle affectant d'autres espèces du récif.

La multiplication des cyclones entre 2014 et 2015, conjuguée au phénomène climatique El Niño, a eu des conséquences directes sur la qualité du travail des poissons nettoyeurs, constate l'Université de Neuchâtel. Ces labres nettoyeurs débarrassent de plus grandes espèces marines de leurs parasites et peaux mortes.

L'étude du laboratoire d'écoéthologie de l'Université de Neuchâtel publiée mardi porte sur la comparaison de données collectées en 2003 et 2010/2011 avec celles récoltées en 2014 et 2016. L'objectif est de mesurer les effets de perturbations climatiques sur les interactions entre poissons nettoyeurs et leurs « clients ».

 

Les visiteurs et les résidents

Deux types de « clients » se côtoient pour obtenir les faveurs des labres nettoyeurs: les visiteurs qui ont le choix entre différents nettoyeurs et les résidents qui n'ont pas le luxe de choisir. Avant les perturbations climatiques, les nettoyeurs accordaient la priorité aux visiteurs. Cette stratégie a disparu en 2016.

La réduction du nombre des nettoyeurs s'est accompagnée d'une augmentation significative du nombre de visiteurs. « Comme il y a trop peu de nettoyeurs, se déplacer est trop coûteux en énergie pour les visiteurs qui ont donc plutôt tendance à attendre. Mais en procédant ainsi, ils ne bénéficient plus de traitement prioritaire », note Redouan Bshary, directeur du laboratoire d'écoéthologie.

Autre changement de comportement: une diminution de la sensibilité du labre nettoyeur à sa réputation. Aujourd'hui, les labres prélevés dans le récif corallien plus détérioré se montrent moins efficaces dans leur tâche. Pour les scientifiques, cette situation n'est pas irréversible pour autant que le corail retrouve sa vigueur. /ATS


Actualisé le

 

Actualités suivantes

Articles les plus lus