Action d’Unia près du Soliat

Pour dénoncer la gestion du restaurant du Soliat, au Creux-du-Van, le syndicat Unia a organisé ...
Action d’Unia près du Soliat

Le syndicat qui dénonce la gestion du restaurant très fréquenté du Creux-du-Van a organisé une manifestation bien visible

Les membres d'Unia en pleine discussion avec des employés du Soliat. Les membres d'Unia en pleine discussion avec des employés du Soliat.

Début juillet, Unia avait déjà dénoncé publiquement la situation de certains employés du restaurant du Soliat. Cette fois, le syndicat a organisé une action au Creux-du-Van. Après avoir installé un stand bien visible mardi en fin de matinée, avec parasols et drapeaux, les membres d’Unia ont distribué des tracts aux promeneurs à l’entrée du parking. C’est alors qu’un homme et deux femmes sont arrivés en criant. Ces employés ont arraché des drapeaux et protesté vigoureusement contre la manifestation. Leur ton menaçant est redescendu face au calme des membres du syndicat qui ont ensuite longuement parlé avec eux pour leur expliquer leur travail et le but de leur présence.

Unia a dressé la liste de ce qui est reproché au gérant du lieu. Entre autres, des travailleurs non déclarés aux institutions sociales, des journées de travail interminables, le non-respect des règles de pauses et de jours de repos, des heures supplémentaires non payées. Le syndicat avance la somme de 65'000 francs d’arriérés due à huit travailleurs de la saison dernière.

L’homme qui était furieux au début de l’action est un ouvrier agricole qui a déjà travaillé sur place plusieurs saisons. Il affirme pour sa part ne rien avoir à reprocher à son patron et dit ne pas être au courant d’éventuels problèmes concernant la partie restauration ou la gestion en général.

Quand un motard est passé devant le stand d’Unia, certaines personnes présentes ont reconnu le gérant du Soliat qui avait pourtant été annoncé comme étant à l’étranger. Nous l’avons sollicité par l’intermédiaire de son avocat mais il n’a pas donné suite. Un peu plus tard, un autre employé a remis aux membres d’Unia des sacs contenant des saucisses, du pain et du vin. Si le geste a été apprécié, il ne suffira pas à arrêter le syndicat dans sa démarche. La dernière séance de conciliation n’ayant pas débouché sur un accord, les deux parties devraient se retrouver au tribunal. /msa


Actualisé le

 

Actualités suivantes

Articles les plus lus