LNM : l’Etat demande un nouvel audit

Le canton de Neuchâtel demande qu’un nouvel audit de la LNM soit réalisé. Le conseil d’Etat ...
LNM : l’Etat demande un nouvel audit

Le conseil d'Etat neuchâtelois demande qu'un nouvel audit soit réalisé au sujet de la gestion de la LNM. Il a pris cette décision au vu du manque de transparence dans la Société de navigation

Le canton de Neuchâtel demande qu’un nouvel audit de la LNM soit réalisé. Le conseil d’Etat a pris cette décision au vu du « déficit de transparence » dans la gestion de la Société de navigation sur les lacs de Neuchâtel et de Morat. L’analyse portera aussi sur sa filiale de restauration, Cap gourmand. Cette décision est prise d’un commun accord avec les autres cantons actionnaires de l’entreprise, Vaud et Fribourg.

L’audit doit permettre de souligner les problèmes financiers auxquels sont confrontées les deux sociétés.  Fin juin, les cantons de Neuchâtel et Vaud, qui sont actionnaires de la LNM, ont décidé ne pas donner la décharge au Conseil d’administration. Neuchâtel et Vaud (tout comme Fribourg) sont toutefois membre de ce même Conseil d’administration.

Le Conseil d’Etat rappelle que Neuchâtel, aux côtés des cantons de Vaud et Fribourg, subventionne la LNM à hauteur de 1,5 million de francs par an. L’audit doit montrer si cet argent est utilisé à bon escient, et, le cas échéant, permette de revoir la structure et la gouvernance de la LNM et de Cap gourmand.

Cette décision fait suite aux révélations dans la presse qui montraient que l’ex-directeur Jean-Jacques Wenger aurait touché une augmentation de salaire de 2'000 francs par mois de manière rétroactive avant d’être licencié. C’est en tout cas ce que montre un avenant au contrat signé de la main du conseiller communal Olivier Arni, qui préside tant Cap gourmand que la LNM. Par ailleurs, ce document est antidaté. L'ex-directeur de la navigation a été licencié à la suite d'un premier audit qui est gardé confidentiel pour l'instant. /aju


Actualisé le

 

Actualités suivantes

Articles les plus lus