Comptes écarlates acceptés

Le Grand Conseil neuchâtelois a approuvé les comptes 2016 malgré un déficit de 74 millions ...
Comptes écarlates acceptés

Le Grand Conseil neuchâtelois a approuvé les comptes 2016 malgré un déficit de 74 millions de francs et des perspectives d’avenir qui restent sombres

Le travail a commencé pour le Grand Conseil neuchâtelois version 2017-2021. Les députés se sont penchés sur les comptes 2016 mardi après-midi. Le déficit de 74 millions de francs, bien qu’accepté par 107 voix et 5 abstentions n’a pas manqué d’inquiéter les groupes.

Le résultat financier rouge vif s’explique principalement par une baisse drastique des rentrées fiscales, principalement de l’impôt des personnes morales (55 millions de francs de moins que prévu au budget), ce qui a fait dire au député François Konrad (Sol) que « ce déficit nous rappelle notre importante dépendance face à la santé des entreprises. » Un point de vue qui n’est pas partagé par l’UDC Pierre-André Currit, qui a estimé que « les nouvelles autorités doivent se montrer plus volontaires à maîtriser les coûts. »

 

Pas une surprise

Si les comptes 2016 sont beaucoup plus mauvais que ce que prévoyait le budget (perte de 14 millions de francs), pour Mauro Moruzzi (Verts’libéraux), « la vraie mauvaise nouvelle, c’est que ce déficit de 74 millions de francs ne constitue en rien une surprise […]  mais aucun consensus n’a pu être trouvé pour permettre de l’éviter. » De son côté, Andreas Jurt a rappelé que « les comptes sont une photo, le résultat de nos actes politiques passés. » Le libéral-radical a invité les députés « à passer non seulement de la parole aux actes, mais des actes aux résultats. »

À gauche, les groupes insistent sur l’importance de protéger les plus faibles, surtout pendant ces périodes difficiles. Pour la socialiste Martine Docourt Ducommun, « les défis sont certes gigantesques, mais en aucun cas insurmontables si nous décidons de tous tirer à la même corde. »

Le Conseil d’État, par la voix du chef des finances Laurent Kurth, a indiqué que les comptes 2016 « révèlent quatre défis principaux : la question des recettes, celle du niveau des charges de l’État, celle de la dynamique des charges de l’État et celle de qualité de la gestion. » Il a rappelé que les autorités « avaient à construire ensemble un consensus sur les prestations à offrir à la population neuchâteloise et sur les structures qui permettront de les fournir. »

 

Vote debout

Plus tôt dans l’après-midi, la session du Grand Conseil a commencé à la mode d’antan. En raison d’une panne informatique, les députés ont dû se prononcer sur une modification de l’ordre du jour en se levant. Une proposition refusée par 52 personnes debout contre 44.

 

Du changement pour les curateurs

Le Grand Conseil a aussi accepté un changement quant à la rémunération des curateurs dans le canton de Neuchâtel par 81 voix contre 16. Alors que cette dernière n'était pas clairement réglée dans le dispositif cantonal, elle induisait parfois des coûts importants à charge de l'État .

La modification de la loi doit désormais permettre de garantir une limitation des honoraires versés par l'État aux curatrices et aux curateurs privés avec un tarif unifié et attractif. Avec cette réforme, le Conseil d'État veut éviter que les curateurs se désengagent de leurs mandats et que l’État doive les reprendre à leur charge. /mwi


Actualisé le

 

Actualités suivantes

Articles les plus lus