Les prix de l’immobilier vont se tasser dans le canton

Pas de risque de surchauffe pour l’immobilier du canton de Neuchâtel. C’est le résultat d’une ...
Les prix de l’immobilier vont se tasser dans le canton

Après une hausse régulière sur 10 ans, les prix des logements sont à la baisse. C’est le résultat de la première étude entièrement consacrée au marché neuchâtelois

 C'est la Banque cantonale neuchâteloise qui a commandé l'étude.

Pas de risque de surchauffe pour l’immobilier du canton de Neuchâtel. C’est le résultat d’une étude commandée par la Banque cantonale neuchâteloise. Celle-ci se base sur l’évolution des prix de l’immobilier durant les dix dernières années dans six régions (La Chaux-de-Fonds, Entre-deux-Lacs, Le Locle, Val-de-Travers, Littoral et Val-de-Ruz) pour arriver à cette conclusion. Il s'agit de la première étude à avoir été entièrement réalisée sur le marché neuchâtelois.

Selon le texte, le canton devrait même enregistrer un léger tassement des prix de l’immobilier pour cette année surtout en ce qui concerne les logements en PPE, les loyers des appartements ainsi que les  bureaux.

 

Disparités Haut-Bas

Comme attendu, l’étude annonce que les prix pratiqués dans le canton restent abordables même si des différences notables sont constatées entre les Montagnes et le Littoral. Par exemple, le prix d’une villa - dite de référence - atteint en moyenne 1,09 million de francs dans le canton, mais ce prix varie de 815’000 au Locle à 1,25 million de francs au bord du lac.

L’augmentation la plus nette, en terme de prix, se trouve dans le Val-de-Travers. Sur dix ans, le Vallon a enregistré la plus forte hausse avec une progression moyenne annuelle des prix de 4,9%, contre 3,1% pour l’ensemble du canton.

Les différences entre les régions se fait aussi sentir lors de l’acquisition d’un logement - de référence - en PPE. Si le prix moyen pratiqué au Locle est de 462'000 francs, la population paiera presque le double sur le Littoral, soit 834'000 francs.

Pourtant, si les prix ont augmentés ces dix dernières années (3,8%), depuis l’année passée, ils ont entamé un net repli, en particulier dans l’Entre-deux-Lacs (-2,5%) et au Val-de-Ruz (-2,3%). Cette tendance devrait aussi se confirmer en 2017, malgré le niveau bas des taux hypothécaires.

 

 Source : étude de la BCN.

Les loyers baissent

Après une hausse modérée et continue des loyers jusqu’à fin 2014, la tendance s’est inversée. Cela s’expliquerait par l’arrivée de nombreux locatifs neufs sur le marché, combinée à un ralentissement démographique. C'est pourquoi, la construction privilégie depuis quelque temps le marché de la location. Résultat : le nombre d’appartements à louer a plus que doublé en trois ans.

En conclusion, l’étude avance que cette offre importante va impacter négativement les loyers à court terme, mais aucun effondrement des prix n’est attendu à moyen terme./comm-jha


Actualisé le

 

Actualités suivantes

Articles les plus lus