Le dallage de la Collégiale fait réagir le Grand Conseil

Lors de la session du Grand Conseil neuchâtelois, des députés de la gauche se sont émus du ...
Le dallage de la Collégiale fait réagir le Grand Conseil

Les transformations du jardin de la Collégiale de Neuchâtel fait toujours polémique. Selon le Conseil d'Etat, les dalles sont heureusement réversibles

Le cloître avant et après les travaux. Photo de gauche By Sinenomine2 (Own work) [CC BY-SA 3.0 (http://creativecommons.org/licenses/by-sa/3.0)], via Wikimedia Commons Le cloître avant et après les travaux. (Photo de gauche : Sinenomine2 via Wikimedia Commons).

Lors de la session du Grand Conseil neuchâtelois, des députés de la gauche se sont émus du nouveau dallage de la Collégiale, qui a déjà fait l’objet de nombreuses polémiques. Ils ont donc questionné le Conseil d’État pour savoir comment une telle intervention a pu être autorisée par le Chef de l’office cantonal du patrimoine et de l’archéologie.

Selon le Conseil d’État, le Canton fait seulement office d’expert et non de maître d’œuvre. C’est la Ville de Neuchâtel qui est en charge de cette tâche sur son territoire. Par contre, la condition de cette transformation était la réversibilité. Selon le conseiller d’État en charge de la culture, Alain Ribaux, qui d’ailleurs trouve ce dallage « assez moche » (sic !), celui-ci peut être facilement enlevé, car il n’est pas lié directement à la base de l'édifice. /jha


Actualisé le

 

Actualités suivantes

Articles les plus lus