Collégiale : rénovation du cloître décriée

La rénovation du cloître de la Collégiale à Neuchâtel n’est pas du goût de tout le monde. Le ...
Collégiale : rénovation du cloître décriée

Plusieurs voix s'élèvent pour dénoncer le choix de remplacer le jardin du cloître par un sol en dalles

Le cloître avant et après les travaux. Photo de gauche By Sinenomine2 (Own work) [CC BY-SA 3.0 (http://creativecommons.org/licenses/by-sa/3.0)], via Wikimedia Commons Le cloître avant (à gauche) et après les travaux (à droite). Photo de gauche Par Sinenomine2 (Travail personnel) [CC BY-SA 3.0], via Wikimedia Commons

La rénovation du cloître de la Collégiale à Neuchâtel n’est pas du goût de tout le monde. Le groupe PLR au Conseil général de la Ville de Neuchâtel a déposé une interpellation visant à dénoncer la manière dont le lieu a été refait. Pour le signataire du texte, Jules Aubert, le cloître n’a pas simplement été rafraîchi mais  a complétement été transformé et dénaturé. A ses yeux, l’esprit du lieu n’est plus respecté. Le jardin qui se situait à l’intérieur du cloître a été remplacé par un sol en dalles entouré d’une fine bordure destinée à de la végétation.

L’interpellation du groupe PLR demande dès lors au Conseil communal de s’expliquer sur ce choix qui suscite le mécontentement au-delà du groupe PLR.

Le Conseil de communauté locale, qui réunit des paroissiens rattachés à la Collégiale, déplore également la transformation du lieu. Sa présidente, Virginie Ruegger, estime que le cloître n’est désormais plus propice à la méditation, qui était la fonction du lieu. Elle regrette que les priorités aient été mises ailleurs pour en faire un site plus polyvalent.

 

Le nouveau cloître a aussi ses défenseurs

Ce caractère plus polyvalent séduit justement Vincent Schneider, président du comité des Concerts de la Collégiale, qui porte un regard fort différent sur ce nouveau cloître. A ses yeux, l’alliance de moderne et d’ancien est réussie et cette nouvelle formule permettra, selon lui, d’utiliser plus activement le centre du cloître pour des concerts, par exemple. Il rappelle que l’intérieur de la Collégiale sera en travaux durant ces six prochaines années. Cet espace supplémentaire sera ainsi des plus utiles durant cette période à ses yeux.

L’élu PLR Jules Aubert espère de son côté que l’interpellation déposée sera traitée ce lundi soir déjà lors de la séance du Conseil général. Il souhaite ouvrir le débat à l’heure où les rénovations de l’intérieur de la Collégiale viennent d'être entamées pour éviter que des surprises de ce type ne surviennent à nouveau. Le groupe PLR pointe d’ores et déjà du doigt la volonté de poser des dalles sombres dans l’allée centrale de la Collégiale, qui risque d’obscurcir les lieux à ses yeux. Jules Aubert demande par ailleurs davantage de transparence à l’avenir dans les procédures de consultation menées avant les travaux. /sbe


Actualisé le

 

Actualités suivantes

Articles les plus lus