Hausse d'impôt pas exclue à Val-de-Ruz

Le programme de législature 2017-2020 évoque une éventuelle modification du taux fiscal dans ...
Hausse d'impôt pas exclue à Val-de-Ruz

Le conseil général de Val-de-Ruz siégeait lundi soir. Il a pris acte du programme de législature 2017-2020

Armoiries Val-de-Ruz

Val-de-Ruz a fixé ses objectifs pour les quatre prochaines années. Face à une situation financière assez tendu, le Conseil communal veut garder les pieds sur terre et ne pas proposer du rêve.

Le conseil général, réuni lundi soir, a pris acte du programme de législature 2016-2020. Il en ressort notamment la volonté de développer une zone économique au Chillou à Malvilliers, réaliser les parcs éoliens sur le territoire communal, assurer une gestion adéquate du réseau routier, maintenir une couverture optimale du territoire par les transports publics en s’orientant à terme sur une couverture de tous les villages. Pour mémoire, Le Pâquier n’est toujours pas relié au réseau des transports publics.  

Le programme de législature évoque une éventuelle modification du taux fiscal dans le courant de la législature si les décisions cantonales, en matière de péréquation notamment, devaient continuer de grever les finances vaudurziennes.

Le Conseil général a également pris acte du plan général d’alimentation en eau de Val-de-Ruz. À ce chapitre, le législatif a donné son aval à un crédit-cadre de 1,4 million de francs pour l’eau potable et de 521'000 francs pour l’assainissement du réseau.

C’est oui également à un crédit de 602'000 francs pour le renouvellement de trois véhicules du service de défense-incendie et oui à l’augmentation du taux d’activé du responsable d’exploitation de la piscine d’Engollon.

Enfin, Val-de-Ruz s’est doté d’un règlement des subventions en faveur des sociétés locales.

En fin de séance, le Conseil communal a répondu à une interpellation du groupe PLR demandant le développement, à tout le moins le maintien du site de Landeyeux dans le système hospitalier neuchâtelois comme centre de compétence en matière de réadaptation. L’exécutif a fait remarquer que dans le cadre de la nouvelle donne hospitalière, issue de la votation du 12 février, il n’avait aucune marge de manœuvre mais qu’il allait rester actif pour tenter garantir des emplois et des activités sur ce site. /cwi


Actualisé le

 

Actualités suivantes

Articles les plus lus