Les frontaliers dans le viseur de l’UDC

La section neuchâteloise du parti lance une initiative pour privilégier l’embauche des habitants du canton. Avec cette mesure, l'UDC espère diminuer le taux de chômage qui culmine actuellement à 6,6%

 L'UDC affirme que le nombre de frontaliers qui travaillent dans le canton a doublé en 10 ans.

L’UDC veut faire passer les Neuchâtelois avant les frontaliers. La section cantonale du parti lance l’initiative baptisée Les nôtres avant les autres.

Après le Tessin qui a accepté l’initiative l’année passée, l’UDC veut faire voter les Neuchâtelois sur ce texte qui favorise l’embauche des résidents suisses. Le but est de lutter contre le dumping salarial et de faire baisser le taux de chômage qui est actuellement de 6,6 % dans le canton. Ce sont les frontaliers, qui étaient plus de 12’0000 dans le canton à fin 2016, qui sont dans le viseur.

Au Tessin, l’initiative n’est pas encore en vigueur et cela pourrait prendre du temps, car Berne doit valider la décision populaire avant une quelconque application.

Malgré tout, plusieurs autres initiatives de ce type fleurissent en Suisse, notamment en Valais où un texte en ce sens a été déposé cette semaine. Genève devrait aussi le faire sous peu.

L'UDC a aussi profité de présenter son programme de campagne pour les élections cantonales du 2 avril.

Les grands axes comprennent notamment la réduction des dépenses de l'état, la diminution des travailleurs frontaliers et du chômage, la lutte contre les abus ou encore l'application plus stricte des procédures d'expulsion. /jha

17.02.2017 - 12:19
Actualisé le 17.02.2017 - 13:21

 

Actualités suivantes

Articles les plus lus