Les hospitalisations hors canton plombent les finances de l'Etat

Le gouvernement neuchâtelois bataille pour redresser ses finances, mais certaines modifications ...
Les hospitalisations hors canton plombent les finances de l'Etat

Le gouvernement neuchâtelois bataille pour redresser ses finances, mais certaines modifications fédérales viennent jouer les trouble-fête. C'est le cas des hospitalisations hors canton, qui coûtent très cher à l'Etat depuis l'entrée en vigueur du nouveau financement hospitalier le 1er janvier 2012.

Le Conseil d'Etat va d'ailleurs demander un crédit complémentaire d'environ 4,5 millions de francs au Grand Conseil au mois de décembre. Pour 2013, le coût total des hospitalisations hors canton est estimé à 37 millions, alors qu'il s'élevait à 25 millions en 2011.

 

Pas d'exode des patients

Les charges augmentent et pourtant le nombre de Neuchâtelois qui vont se faire soigner à l'extérieur du canton n'a pas explosé. Ce qui plombe les finances de l'Etat, c'est la nouvelle répartition des coûts introduite au niveau fédéral.

Avant, le patient qui voulait se faire hospitaliser ailleurs que chez lui devait, soit obtenir l'autorisation de son canton, soit faire marcher son assurance complémentaire. Maintenant, presque tout est pris en charge par l'assurance de base... et l'assurance de base est financée à 55% par les cantons!

 

Les cantons doivent s'adapter

Pour le conseiller d'Etat neuchâtelois en charge de la santé, Laurent Kurth, il s'agit d'un véritable transfert de charges des assurances complémentaires vers les pouvoirs publics. Les cantons doivent maintenant faire avec et adapter leur budget en conséquence, pour compenser ces dizaines de millions de francs à débourser en plus chaque année.

Les sommes prévues en 2012 et 2013 par le gouvernement neuchâtelois étaient sous-évaluées, c'est pourquoi des crédits complémentaires ont dû être demandés. Laurent Kurth soutient toutefois que le gouvernement a maintenant un peu de recul par rapport à l'entrée en vigueur de ce nouveau mode de financement, et que les futurs budgets devraient être mieux adaptés.

Selon lui, une discussion nourrie devra avoir lieu ces prochaines années au niveau fédéral, car il est intolérable pour les cantons de devoir assumer des factures qu'ils ne peuvent pas influencer. /mvr


Actualisé le

Actualités suivantes

Articles les plus lus