Les députés augmentent leurs indemnités

La rémunération des députés neuchâtelois va doubler en 2013. Le Grand Conseil a accepté par ...
Les députés augmentent leurs indemnités

Le Grand Conseil neuchâtelois Un député recevra bientôt 200 francs au lieu de 100 pour participer à une séance du Grand Conseil neuchâtelois.

La rémunération des députés neuchâtelois va doubler en 2013. Le Grand Conseil a accepté mardi par 96 voix sans opposition une révision de la loi d'organisation du parlement.

Tout un volet de cette loi est consacré aux indemnisations des députés. Dès la prochaine législature, la participation aux séances se montera à 200 francs au lieu de 100 actuellement. Chaque groupe parlementaire recevra une indemnité annuelle de 3000 francs par siège occupé au Grand Conseil, alors qu'aujourd'hui chaque parti reçoit 700 francs par membre élu et chaque groupe un montant global de 5000 francs.

Les élus qui en font la demande pourront également obtenir une indemnité de 1000 francs par an pour frais informatiques.

 

Réticences du Conseil d'Etat et du groupe PopVertsSol

Même si tous les membres du Grand Conseil estimaient qu'il était nécessaire d'ajuster l'indemnisation pour valoriser le travail des députés, certains trouvaient que doubler d'un coup les jetons de présence donnait une mauvaise image du parlement.

Le groupe PopVertSol a proposé de faire un geste en acceptant une rémunération de 175 francs, mais les autres groupes n'ont pas suivi. Le Conseil d'Etat a de son côté proposé d'échelonner sur 4 ans l'augmentation des indemnités, ce qui a également été refusé par une majorité écrasante de députés.

 

Vers une plus grande autonomie du Grand Conseil

La révision de la loi sur l'organisation du Grand Conseil tire également certaines leçons de l'affaire Hainard. Les députés ont décidé de donner plus d'autonomie au parlement pour qu'il puisse mieux exercer sa tâche de surveillance du Conseil d'Etat et de l'administration cantonale.

Un secrétariat du Grand Conseil indépendant de l'administration cantonale sera mis en place et le législatif sera doté de son propre budget. Les élus ont également accepté de justesse, par 47 voix contre 46, de diviser la commission de gestion et des finances en deux commissions distinctes. L'objectif est de donner davantage de moyens et de temps à la commission de gestion pour exercer son rôle de haute surveillance des activités étatiques.

Les commissions parlementaires qui le souhaitent pourront également siéger sans la présence du Conseil d'Etat. /mvr


Actualisé le

Actualités suivantes

Articles les plus lus