Aide aux médias neuchâtelois: motion approuvée

Les députés neuchâtelois ont accepté mercredi une motion interpartis demandant d'aider les ...
Aide aux médias neuchâtelois: motion approuvée

Les députés neuchâtelois ont accepté mercredi une motion interpartis demandant d'aider les médias régionaux. Les députés neuchâtelois ont accepté mercredi une motion interpartis demandant d'aider les médias régionaux. (Photo libre de droits)

Les députés neuchâtelois ont accepté mercredi une motion interpartis demandant d'aider les médias régionaux. Le texte prévoit des soutiens provisoires à court terme et de réfléchir à la pérennité des médias sur le long terme

Le Grand Conseil neuchâtelois a approuvé mercredi par 58 oui, 32 non et 6 abstentions une motion d’aide aux médias régionaux. Des soutiens provisoires à court termes sont prévus pour assurer la pérennité des médias sur le long terme. Le PLR et l'UDC s'y sont opposés. La motion provenait de députés PS, du groupe VertPOP et du groupe Vert'libéral-Le Centre.

"Le modèle d'affaires d'Arcinfo, basé sur la publicité, est difficile à tenir (..). Il est urgent d'agir pour assurer sa pérennité" car les derniers licenciements ne suffiront pas à arrêter la tendance, a déclaré Romain Dubois (PS), auteur de la motion.

Le député propose des aides à court terme et provisoires, à l'image de ce qui s'est fait dans d'autres cantons. Les nouveaux citoyens, soit les jeunes qui atteignent leur majorité et les nouveaux habitants, pourraient se voir offrir un abonnement d'une année à Arcinfo. Le canton pourrait également prendre en charge l'abonnement d'Arcinfo à l'agence Keystone-ATS durant quelques années.

La motion demande aussi de réfléchir à la pérennité des médias sur la durée. Dans ce cadre-là, l'ensemble des médias (radio et tv) devront être pris en compte.

Romain Dubois, député socialiste

Transition numérique

La droite était opposée à ce texte. En aidant directement Arcinfo, "on retarde l'inéluctable et cela est discriminatoire pour d'autres secteurs", a jugé le PLR Francis Krähenbühl. Ce dernier ne serait toutefois pas opposé à des mesures favorisant la transition numérique.

Francis Krähenbühl, député PLR

Pour l'UDC Niels Rosselet-Christ, "il ne sert à rien de mettre sous perfusion un média qui perd en popularité. ESH médias n'est pas 'too big to fail'. Le groupe doit engager des réformes dans son fonctionnement et se demander pourquoi il se trouve dans cette situation".

La Vert'libérale Caroline Platcha lui a répondu qu'il ne s'agit pas de mettre un groupe sous perfusion mais de se concentrer sur le métier de journaliste. "La désinformation est à la portée de tous et ne connaît plus aucune limite".

La députée a relevé la nature de ce métier particulière, en raison de son rôle d'intérêt public dans une démocratie. Pour le POP Julien Gressot, la motion est un premier pas pour assurer l'existence d'un système démocratique.

Le Conseil d'Etat ne s'est pas opposé formellement à la motion mais aurait préféré un postulat afin de pouvoir mener une réflexion de fond et étudier plusieurs variantes, a déclaré son président Alain Ribaux. /ATS-fba-jpp

 

Actualités suivantes

Articles les plus lus