Relation sexuelle prof-élève : pas un problème structurel

L'affaire de l'enseignant de lycée, suspendu, puis licencié, pour avoir eu des relations sexuelles ...
Relation sexuelle prof-élève : pas un problème structurel

L'affaire de l'enseignant de lycée, suspendu, puis licencié, pour avoir eu des relations sexuelles avec trois élèves, qui avaient entre 17 et 21 ans lors des faits, rebondit au Grand Conseil neuchâtelois. La conseillère d'État Crystel Graf, en charge de la formation, a pris position mercredi

Le Grand Conseil neuchâtelois est revenu sur cette affaire mercredi matin. Le Grand Conseil neuchâtelois est revenu sur cette affaire mercredi matin.

Une affaire, une pétition et de vives réactions. Le Grand Conseil neuchâtelois est revenu sur l’affaire de l’enseignant de lycée, suspendu, puis licencié après avoir eu des relations sexuelles avec trois élèves, de 17 à 21 ans au moment des faits. Pour la conseillère d'État Crystel Graf, en charge de la formation il ne s'agit pas d'un problème structurel.


Pétition en début d’année

À la suite de cette affaire, une pétition en ligne a été lancée le 5 janvier, qui enjoint la direction du Lycée Blaise-Cendrars à La Chaux-de-Fonds à « considérer cet évènement comme un problème structurel plutôt qu’un phénomène isolé ». Le texte demande de mettre en place « un programme de prévention et de sensibilisation aux abus de pouvoir pour l’ensemble de son personnel ».

Selon le texte, un nouveau code de déontologie doit voir le jour avec notamment l'interdiction explicite des relations sexuelles entre enseignants et élèves et l'obligation de rapporter de telles pratiques à la direction.

Répondant à une interpellation urgente du député des Vert-e-s, Niel Smith, mercredi, Crystel Graf a expliqué qu'elle comprend que le texte puisse heurter le corps enseignant, « qui se sent interpellé sur son professionnalisme ». Elle lui a redit sa confiance et a rappelé qu'il s'agit d'un cas isolé et pas de permissivité ou d'un problème structurel.

La conseillère d'État veut toutefois tenir compte des préoccupations des signataires de la pétition pour donner au corps enseignant les outils nécessaires et thématiser davantage cette problématique. /ATS


Actualisé le

 

Actualités suivantes

Articles les plus lus