LHand : les arrêts de Neuchâtel pas encore tous aux normes

Un quart des arrêts de bus de la ville de Neuchâtel ne sont pas encore adaptés aux personnes ...
LHand : les arrêts de Neuchâtel pas encore tous aux normes

Un quart des arrêts de bus de la ville de Neuchâtel ne sont pas encore adaptés aux personnes vivant avec un handicap. Une part importante qui mérite d’être pondérée. Les autorités communales ont fait le point ce vendredi

Les arrêts du bus du Nord de la gare de Neuchâtel sont les plus fréquentés du canton. Sur la photo de gauche à droite : Brigitte Brun, déléguée aux personnes âgées et à la promotion de la santé, Guillaume Thorens, ingénieur communal adjoint, Mauro Moruzzi, président de la Ville, responsable du Dicastère du développement durable, de la mobilité, des infrastructures et de l’énergie, Laurent Demarta, architecte conseil en construction sans obstacles chez Pro Infirmis et Olivier Blaser, directeur de Centrevue. (Photo : Ville de Neuchâtel) Les arrêts du bus du Nord de la gare de Neuchâtel sont les plus fréquentés du canton. Sur la photo de gauche à droite : Brigitte Brun, déléguée aux personnes âgées et à la promotion de la santé, Guillaume Thorens, ingénieur communal adjoint, Mauro Moruzzi, président de la Ville, responsable du Dicastère du développement durable, de la mobilité, des infrastructures et de l’énergie, Laurent Demarta, architecte conseil en construction sans obstacles chez Pro Infirmis et Olivier Blaser, directeur de Centrevue. (Photo : Ville de Neuchâtel)

Bien, mais peut mieux faire. C’est le bilan que tirent les autorités de la Ville de Neuchâtel de la mise aux normes des arrêts de transports publics selon la LHand. Le délai fixé par la loi fédérale sur l’égalité pour les personnes handicapées pour rendre les quais de bus, trains et tram accessibles arrive à son terme au 1er janvier 2024. Dans la commune de Neuchâtel, 78% des arrêts de transports publics sont à l’heure actuelle accessibles avec ou sans aide. De quoi voir le verre à moitié vide et à moitié plein en même temps, explique Mauro Moruzzi, conseiller communal en charge de la mobilité et des infrastructures. Il faut en effet pondérer ces chiffres. « Là où le verre est à moitié plein, c’est que nous avons environ 92% de la clientèle des transports publics qui sera desservie par un arrêt qui est soit conforme, soit accessible avec une assistance », relève le président de la Ville de Neuchâtel.

Mauro Moruzzi, président de la Ville de Neuchâtel :

Le président de la Ville de Neuchâtel précise encore qu’une partie des 44 arrêts non-conformes de la commune pourront l’être dans les années qui viennent et même dès 2024. Des mises en conformités d’arrêts sont encore planifiées, notamment dans des secteurs où il y a des projets avec des transformations de quartier. Les autorités n’ont pas anticipé ces travaux pour être quitte de devoir le faire deux fois. Mais certains de ces quais ne peuvent tout simplement pas être mis en conformité, selon Laurent Demarta. Plusieurs problèmes d’accès sont relevés. « Des arrêts sont en pente supérieure à celle qui serait tolérable par la norme. Ensuite il y a les virages qui ne permettent pas aux bus de se rapprocher suffisamment de la bordure. Et il y a aussi la largeur du trottoir qui ne permet pas forcément de faire la manœuvre nécessaire », soulève le conseiller en architecture sans obstacle chez Pro Infirmis.

Laurent Demarta, conseiller en architecture sans obstacle chez Pro Infirmis :

Ainsi, l’objectif des autorités de Neuchâtel n’est pas forcément de rendre accessibles tous les arrêts de transports publics, explique Mauro Moruzzi. « L’objectif c’est d’avoir 100% des personnes qui sont atteintes d’un handicap qui puissent avoir le bénéfice d’utiliser des transports publics ».

Mauro Moruzzi veut que tout le monde puisse bénéficier des transports publics

La Ville de Neuchâtel collabore avec Pro Infirmis et Centrevue à la réalisation de ces objectifs. La réalisation de marquages tactilovisuels dans tous les arrêts de bus, pour aider les malvoyants et aveugles à se repérer, et mise en place depuis 2020, fait également partie de la mise en conformité selon la loi fédérale sur l’égalité pour les personnes handicapées.


Une solution qui ne convainc pas totalement

La Ville de Neuchâtel est donc en retard dans sa mise en œuvre de la LHand. Mais la situation est identique dans la quasi-totalité du pays, selon des statistiques publiées sur le site Open Data des CFF. Ainsi dès le début de l’année prochaine, les personnes à mobilité réduite qui souhaitent prendre les transports publics à un arrêt non-accessible, pourront faire appel à un système de navettes en passant par un centre d’appels national. Une solution qui ne convainc pas Mauro Moruzzi. « Le problème est que si à la fin du parcours, ces personnes se retrouvent aussi à un arrêt qui n’est pas conforme, elles devraient appeler une deuxième navette. C’est extrêmement contraignant et pas pratique », relève le conseiller communal en charge de la mobilité et des infrastructures.

Mauro Moruzzi : « C’est extrêmement contraignant et pas pratique »

Notez que tous les arrêts de transports publics du pays ont été répertoriés au 30 novembre 2023. Ils ont été répartis en trois catégories : conforme, accessible et non-accessible. Ceux qui font partie de cette troisième classe ont la possibilité de mettre en service l’offre de navettes. /lgn


Actualisé le

Actualités suivantes

Articles les plus lus