Baisse de 1% des impôts des personnes physiques dans le canton de Neuchâtel

Le Grand Conseil neuchâtelois a accepté ce mardi de baisser les impôts des personnes physiques ...
Baisse de 1% des impôts des personnes physiques dans le canton de Neuchâtel

Le Grand Conseil neuchâtelois a accepté ce mardi de baisser les impôts des personnes physiques de 1% en 2024

Une baisse de 1% des impôts des personnes physiques en 2024 a été acceptée par le Grand Conseil neuchâtelois. Une baisse de 1% des impôts des personnes physiques en 2024 a été acceptée par le Grand Conseil neuchâtelois.

Le Grand Conseil neuchâtelois a accepté mardi par 53 oui, 44 non et 2 abstentions de baisser les impôts de 1% des personnes physiques en 2024. La gauche, qui préférait une correction de la progression à froid, s'y est opposée.

« On est dans un contexte de grandes incertitudes, c'est pourquoi on a choisi une option qui ne soit pas radicale et définitive », a déclaré le conseiller d'Etat en charge des finances, Laurent Kurth. « On est dans la recherche de l'équilibre ».

L'objectif est d'éviter que « l'épouvantail fiscal ne redevienne la thèse dominante qui empêche de parler de tous les autres sujets. La volonté est de ne pas se laisser distancer dans la compétition fiscale avec les cantons voisins », a ajouté Laurent Kurth.

Le Conseil d'Etat propose de baisser les impôts de 1% pour chaque catégorie du barème actuel dès 2024 pour deux périodes fiscales. Dans un second temps et pour autant que les recettes le permettent, il est prévu d'abaisser une nouvelle fois de 1% le taux d'imposition de chaque catégorie du barème pour l'exercice 2025.

Pour 2024, la baisse de 1% du taux d'imposition de l'impôt sur le revenu des personnes physiques représente un coût pour le canton de 6,2 millions de francs et de 3,5 millions pour les communes.


Correction à froid refusée

La droite a soutenu le projet du Conseil d'Etat. « Le canton doit veiller à sa fiscalité et à son attractivité. Ceux qui font le plus d'efforts en terme de solidarité, doivent profiter de la bonne évolution des recettes », a déclaré le PLR Cédric Haldimann. « On aurait préféré une baisse fiscale de 4%. Le projet du Conseil d'Etat reste un signal timide mais positif ». Il se dit aussi conscient que cette baisse profitera avant tout aux personnes les plus aisées.

Cédric Haldimann: « On ne nie pas le fait que ça avantage les classes supérieures »

Au lieu d'une baisse d'impôt, le PS préférait l'option « plus équitable et plus favorable pour la classe moyenne » d'une correction de 1,5% de la progression à froid, en lien avec l'inflation. « Aucune raison ne justifie une baisse linéaire d'impôt, qui accroît les inégalités », a déclaré Romain Dubois. Cet amendement a été refusé par 51 non, 47 oui et 1 abstention.

Romain Dubois : « La moitié de cette baisse d’impôts va aux 10% des personnes les plus riches »

Le groupe VertPOP était aussi opposé à une baisse d'impôt. « C'est l'ouverture de la boîte de Pandore de l'effritement des revenus fiscaux alors que les défis ne manquent pas », a expliqué le popiste Armin Kapetanovic. Pour le groupe Vert-Pop, ce n’est pas le moment de supprimer des moyens à l’Etat. 

Armin Kapetanovich : « C’est en agissant sur l’augmentation des subsides Lamal et ce genre de choses qu’on améliore le porte-monnaie des ménages »

Cette diminution d’impôt est valable pour deux ans. Si la conjoncture le permet, elle pourrait être poussée à 2% en 2025. /ATS-sbe-sma


Actualisé le

 

Actualités suivantes

Articles les plus lus