Université de Neuchâtel : crédit porté à 211 millions de francs

Les députés neuchâtelois ont accepté mardi sans opposition le mandat d'objectifs 2023-2026 ...
Université de Neuchâtel : crédit porté à 211 millions de francs

Université de Neuchâtel: crédit porté à 211 millions de francs

Photo: KEYSTONE/JEAN-CHRISTOPHE BOTT

Les députés neuchâtelois ont accepté mardi sans opposition le mandat d'objectifs 2023-2026 de l'Université de Neuchâtel (UniNE). Ils ont porté le crédit quadriennal à 211 millions, contre 200 millions de francs dans la version du Conseil d'Etat. Les taxes universitaires ne devraient pas augmenter.

« L'Université est et restera un acteur majeur du canton », a déclaré Crystel Graf. La conseillère d'Etat en charge de la formation a rappelé la création future d'un nouveau bâtiment, devisé à près de 80 millions de francs.

L'enveloppe financière proposée par le gouvernement était jugée inférieure aux besoins estimés par l'UniNE. Cette dernière souhaitait 54 millions de francs (soit 216 millions sur quatre ans) pour mener à bien ses objectifs. Parmi les dix mandats d'objectifs, il est convenu que l'UniNE réexamine ses prestations et son offre de formations.

« L'Université fait rayonner le canton de Neuchâtel. Elle génère des richesses, des revenus, des emplois et permet des synergies avec le tissu économique du canton (...). L'université est au point mort. Le financement doit être à la hauteur des enjeux », a déclaré Maxime Auchlin (PVL).

 

« Sous-financement »

Pour Crystel Graf, « l'Université n'est pas au point mort. Le nombre d'étudiants a augmenté de 12% à la rentrée », a-t-elle expliqué. L'établissement est toutefois face à des défis qui doivent être vus comme des opportunités. Il faudra faire preuve de créativité pour construire « des solutions innovantes ».

« L'UniNE est un pilier central pour renforcer l'attractivité du canton et permet d'ancrer des jeunes étudiants sur le territoire cantonal. L'engagement du Conseil d'Etat de ne pas augmenter les taxes universitaires, durant cette période quadriennale 2023-2026, nous permet d'accepter le texte », a expliqué le socialiste Sarah Fuchs-Rota.

Le groupe VertPOP s'inquiète du mandat qui demande de réexaminer les prestations. « L'Université a un retard croissant face aux autres universités en raison d'un sous-financement », a précisé le Vert Emile Blant. Il manque par exemple 2 millions par an pour le renchérissement. Même amendée, l'enveloppe votée « est insuffisante », a-t-il ajouté. Pour le député, il serait « scandaleux » d'augmenter les taxes universitaires pour obtenir 1,8 million supplémentaire.

 

Financement externe à trouver

Dans son rapport, le Conseil d’État avait indiqué son intention d’augmenter la taxe universitaire à 720 francs (contre 425 francs actuellement) par semestre pour les étudiants suisses et à 870 francs pour les étrangers.

Le PLR Alexis Maire a relevé qu'il fallait faire attention à ne pas créer de déséquilibre par rapport à d'autres filières. Selon lui, la taxe universitaire n'a pas été augmentée depuis 25 ans. « Il faudrait que l'Université se repense et recherche davantage de fonds de tiers privés pour financer ses travaux car elle est celle qui a le taux de financement externe privé le plus faible de Suisse. »

/ATS

Soulagement du côté de l’Université

Cette rallonge de 11 millions de francs décidée par le Grand Conseil, même si elle n’atteint pas ce que l’Université de Neuchâtel aurait souhaité, est tout de même une excellente nouvelle. Son secrétaire général, Fabian Greub, relève que « c’est vraiment le soulagement. Il faut voir qu’on partait d’une situation où on nous disait : vous n’aurez pas un franc de plus. Et là, on entrait en mode crise immédiatement. » Cette rallonge permettra de faire face aux défis qui attendent l’Université jusqu’en 2026 « avec une relative sérénité. » Mais en termes de moyens disponibles, elle aura moins que pour les années 2019 à 2022. 

Fabian Greub: « C’est vraiment le soulagement »

 

Actualités suivantes

Articles les plus lus