Les Verts se sont fait une raison

Sans alliés sur cette question, les Verts ont préféré renoncer à briguer un siège au Conseil ...
Les Verts se sont fait une raison

Sans alliés sur cette question, les Verts ont préféré renoncer à briguer un siège au Conseil fédéral. La question pourrait se reposer différemment l’année prochaine

Les portes du palais fédéral ne s'ouvrent pas facilement pour les Verts (photo d'archives). Les portes du palais fédéral ne s'ouvrent pas facilement pour les Verts (photo d'archives).

Dans le sillage de la décision des Verts de ne pas présenter de candidate ou de candidat au Conseil fédéral pour succéder à l’UDC Ueli Maurer, la question éclaire d’une nouvelle lumière la position singulière du parti écologiste par rapport à l’exécutif suprême du pays.

Mardi, les Verts ont jeté l’éponge, tout en dénonçant ce qu’ils qualifient de « cartel du pouvoir », qui verrouillerait selon eux la formule magique dans sa configuration actuelle. Ils se sont ainsi rendus à la raison des stratèges du parti, qui reconnaissent le statut de l’UDC en tant que premier parti du pays, et estiment leurs chances de succès bien minces.

Certains éléments, notamment en Suisse romande, auraient pourtant souhaité aller au combat en présentant une candidature. Pour notre correspondant au Palais fédéral Serge Jubin, qui était en direct dans la Matinale RTN, on ne peut pas, cela dit, à la fois souhaiter entrer au Conseil fédéral et remettre en cause les institutions.


Rendez-vous en 2023

Les Verts sont actuellement isolés sur cette question, sans alliés objectifs pour remettre en question le statu quo, même si certains observateurs de la vie politique suisse de tous horizons regrettent que la campagne pour la succession d’Ueli Maurer soit dénuée de fond et de discussion sur le programme ou les liens d’influence.

La question se posera à nouveau après les élections fédérales de 2023, en cas de progression du parti écologiste à Berne. Les Verts pourraient alors prétendre à un siège, reste à savoir lequel. Plutôt que viser à droite, ils pourraient être tentés de viser le fauteuil d’un des ministres socialistes.

Serge Jubin : « Les Verts n’ont pas d’amis en politique »

/ara-jhi


Actualisé le

Actualités suivantes

Articles les plus lus