Les députés veulent amender la récolte rémunérée de signatures

La récolte de signatures contre rémunération pourrait devenir amendable dans le canton de Neuchâtel ...
Les députés veulent amender la récolte rémunérée de signatures

La récolte de signatures contre rémunération pourrait devenir amendable dans le canton de Neuchâtel. Le Grand Conseil neuchâtelois a accepté mercredi un texte allant dans ce sens

Le Grand Conseil ne veut plus de récoltes de signatures rémunérées dans le canton de Neuchâtel. (Photo : illustration : archives KEYSTONE) Le Grand Conseil ne veut plus de récoltes de signatures rémunérées dans le canton de Neuchâtel. (Photo : illustration : archives KEYSTONE)

Le Grand Conseil neuchâtelois a accepté mercredi d'amender la récolte de signatures contre rémunération. Une partie de la droite était opposée à ce projet de loi du PS, qui a toutefois été soutenu par l'UDC.

Le groupe socialiste avait déposé ce projet de loi après avoir constaté que des irrégularités étaient apparues lors de la récolte de signatures du référendum contre le congé paternité. Des personnes rémunérées pour récolter des signatures n'ont pas tenu un discours conforme à la réalité.

En Valais, des faits similaires avaient été dénoncés, notamment par le conseiller national (PS/VS) Mathias Reynard, à la suite des récoltes de signatures contre la norme pénale anti-homophobie.

Le groupe socialiste a voulu porter cette affaire devant la justice mais le Ministère public n'a pas trouvé de base légale pour dénoncer ce type de comportement qui ébranle la confiance dans les droits populaires, a déclaré le socialiste Romain Dubois. « Le droit est donc lacunaire ».


Doutes du Conseil d'Etat

« Il y a un malaise et la récolte rémunérée de signatures avec des arguments fallacieux n'est pas l'expression la plus brillante de la démocratie », a déclaré le conseiller d'Etat Alain Ribaux. Le Conseil d'Etat « partage toutefois les réserves émises par le service juridique quant à la compatibilité du projet de loi avec le droit fédéral ».

Le texte pourrait poser problème avec la garantie des droits populaires ou la liberté économique. « L'expérience genevoise permet de penser qu'une telle disposition pénale ne sera pas appliquée », a expliqué Alain Ribaux. Si elle l'est, un recours est assez probable et serait vraisemblablement « un succès », a-t-il ajouté.

Pour la cheffe de groupe PLR, ce projet devrait poser quelques problèmes. Béatrice Haeny:

Le projet de loi prévoit une amende pour les personnes qui organisent ou ont fait organiser des récoltes de signatures contre rémunération pour une initiative ou un référendum communal, cantonal ou fédéral. Le montant de l'amende pourrait s'élever jusqu'à 40'000 francs. /ats-vre-jha


Actualisé le

 

Actualités suivantes

Articles les plus lus