Un contre-projet à l’initiative « Rives pour toutes et tous »

Une commission parlementaire demande aux députés neuchâtelois de refuser le texte déposé par ...
Un contre-projet à l’initiative « Rives pour toutes et tous »

Une commission parlementaire demande aux députés neuchâtelois de refuser le texte déposé par les Verts et propose une alternative moins coûteuse, mais aussi moins ambitieuse

Le sentier du lac s'étend sur 33 km. (image d'archives) Le sentier du lac s'étend sur 33 km. (image d'archives)

Les rives du lac de Neuchâtel pourraient presque toutes être accessibles aux promeneurs d’ici 2025. Le Grand Conseil neuchâtelois doit se pencher bientôt sur l’initiative déposée par les Verts en 2016, « Rives pour toutes et tous ». Le but de cette dernière était de permettre à la population d’accéder sans interruption aux rives de tous les lacs se trouvant dans le canton. Le Conseil d’Etat a invité les députés à la refuser sous prétexte que l’accessibilité garantie par le plan directeur des rives du Lac de Neuchâtel, adopté en 2017, est suffisante.

La commission parlementaire en charge du dossier a suivi la recommandation du Gouvernement. Elle lui a toutefois prié de déposer une demande de crédit qui puisse avoir également valeur de contre-projet. L’objectif de la commission est de satisfaire suffisamment les initiants avec ce contre-projet pour qu’ils acceptent de retirer leur initiative. Le Conseil d’Etat va ainsi demander un crédit d’engagement de 2,4 millions de francs pour optimiser dix des 33 kilomètres du sentier du lac.
Sur cette dizaine de km, le sentier traverse plusieurs terrains privés. Des discussions ont donc eu lieu entre leurs propriétaires et le Canton.
Julien Spacio, rapporteur de la commission parlementaire en charge du dossier :

En revanche, le contre-projet ne permettra pas d’assurer un sentier suivant strictement les rives du lac. Quelques compromis ont été faits dans certains secteurs, comme dans celui de la Grande Béroche et de la Pointe du Grain.

Le contre-projet est moins coûteux, mais aussi moins contraignant que celui proposé par l’initiative. Ce dernier demandait entre autres que les rives soient accessibles de manière continue par un passage de deux mètres au moins. Selon la commission, le contre-projet devrait ainsi être mieux accueilli.

Le délai de deux ans pour la réalisation du projet demandé par les initiants a été revu. Le Canton aurait jusqu’en 2025 pour achever les travaux.

Le crédit d’engagement sera voté dans deux semaines, lors de la prochaine séance du Grand Conseil neuchâtelois. /dsa


Actualisé le

 

Actualités suivantes

Articles les plus lus