Prison ferme et expulsion du territoire

Le Tribunal criminel à Boudry a prononcé jeudi quatre ans de réclusion suivis d'une expulsion ...
Prison ferme et expulsion du territoire

Le Tribunal criminel à Boudry a prononcé jeudi quatre ans de réclusion suivis d'une expulsion de cinq ans de Suisse à l’égard d'un homme reconnu coupable de trafic de stupéfiants et de vols par métier. La Cour a suivi dans les grandes lignes le réquisitoire du Ministère public

 (Image d'illustration)  (Image d'illustration)

Pas de nouvelle chance pour un multirécidiviste. Le Tribunal criminel à Boudry a condamné jeudi un homme à quatre ans de prison suivis d’une expulsion de cinq ans du territoire suisse. Le prévenu, qui a reconnu la quasi-totalité des faits qui lui sont reprochés, a été reconnu coupable de trafic de stupéfiants et de vols par métier. Les juges ont suivi dans les grandes lignes le réquisitoire prononcé lundi par le Ministère public.

L’homme a été condamné pour avoir acquis plus de 800 grammes de Crystal et d’en avoir vendu 500 grammes, le reste ayant servi à sa consommation personnelle. La Cour l’a aussi sanctionné pour une dizaine de vols commis entre avril et décembre 2019 dans les cantons de Neuchâtel et de Berne. 


Stupéfiants: cas grave retenu

Au vu de la quantité de drogue vendue, la Cour a retenu le cas grave dans le trafic de stupéfiants, ce qui implique une expulsion d’office du territoire sauf cas de rigueur. Ce que n’a pas été retenu par le Tribunal. L’homme de 48 ans est certes arrivé en Suisse à l’âge de 19 ans et il n’est plus retourné dans son pays d’origine depuis une quinzaine d’années, mais il est né là-bas, il parle la langue et il a encore un frère qui y vit. La Cour relève également que le prévenu n’a pas fait de grands efforts pour s’intégrer en Suisse et ses seuls amis sont dans le monde de la drogue. De plus, il est actuellement aux Services sociaux.


Vols par métier et refus de cure de désintoxication

En ce qui concerne les larcins, le vol par métier a été retenu en raison de la fréquence et de la répétition des vols, qui plus est, sur une courte période. Lors d’une de ses visites impromptues dans un domicile, il a effrayé et choqué la victime. La Cour a aussi rappelé les antécédents du prévenu : il a déjà été condamné à onze reprises.

L’avocat de la défense, qui s’opposait à l’expulsion, a demandé lundi le placement de son client en institution où il pourra soigner son addiction. Une demande rejetée par la Cour, qui, comme elle l’a précisé, ne peut pas prononcer cette mesure si elle est vouée à l’échec, ce qui est selon elle le cas ici. L’homme a déjà eu cette chance en 2016. Or, à sa sortie, il a recommencé à se droguer. 

Les parties ont dix jours pour annoncer leur appel au Tribunal cantonal. La défense ne sait pas encore si elle le fera, mais elle s’est dite déçue du jugement. Elle estimait avoir de bons arguments. /sma


Actualisé le

 

Actualités suivantes

Articles les plus lus