Le budget 2021 devrait passer la rampe

Les députés neuchâtelois en débattront lors de la session des 1 et 2 décembre. L'exercice prévoit ...
Le budget 2021 devrait passer la rampe

Les députés neuchâtelois en débattront lors de la session des 1 et 2 décembre. L'exercice prévoit un bénéfice de près de 8 millions de francs. Tous les groupes l’accepteront avec plus ou moins de conviction

Le Grand Conseil neuchâtelois siègera au Pavillon des sports à La Chaux-de-Fonds lors de cette session sur le budget. (Photo: SP). Le Grand Conseil neuchâtelois siègera au Pavillon des sports à La Chaux-de-Fonds lors de cette session sur le budget. (Photo: SP).

La Commission des finances soutient le projet de budget 2021 de l’Etat de Neuchâtel qui sera débattu par le Grand Conseil lors de sa session des 1 et 2 décembre. Le Conseil d’Etat table sur un bénéfice de près de 8 millions de francs. Le résultat aurait été meilleur sans la crise du Covid-19, puisqu’il prévoyait des recettes excédentaires de l’ordre de 21 millions de francs.

Le projet de budget a été accepté à l’unanimité avec les amendements du Conseil d’Etat; des amendements qui concernent tous la crise sanitaire, qui a un impact de plus de 100 millions de francs sur le budget. Grâce à plusieurs de ces amendements, le Conseil d’Etat limite la casse. Il s’agit notamment du prélèvement de 31 millions de francs à la réserve conjoncturelle, le maximum prévu par la loi, et de l'intégration au résultat de la totalité de la part excédentaire des bénéfices de la Banque nationale suisse, à hauteur de 42 millions de francs. Cette mesure devra être acceptée par la majorité qualifiée du Grand Conseil.


La position des partis

Le Parti libéral-radical relève qu’il a parfaitement compris les astuces comptables pour arriver à ce bénéfice artificiel de l’ordre de près de 8 millions de francs. Et de remercier la BNS. Mais, une situation extraordinaire exige une attitude exceptionnelle, à savoir : un pour tous, tous pour un. Il ne déposera d’ailleurs aucun nouvel amendement. L’augmentation de la dette à près de 2,2 milliards de francs inquiète par ailleurs le PLR.

Le groupe socialiste se dit de son côté inquiet des conséquences durables de la crise qui pourrait fragiliser l’ensemble des Neuchâtelois, en particulier les plus défavorisés. En revanche, il estime que le budget 2021, hors conséquences Covid, est plutôt satisfaisant.

Le groupe PopVertSol critique une nouvelle fois les réformes fiscales des entreprises qui, selon lui, péjorent les recettes. PVS salue malgré tout le fait qu’il n’y a pas eu cette année de démantèlement des prestations.

Pour l’UDC, le maître-mot est vigilance. Il regrette que l’amendement COVID soit trop générique, ce qui pourrait, selon le groupe, tenter le Conseil d’Etat de « noyer » ou de « lisser » certaines dépenses par son entremise.

Enfin, le groupe Vert’libéral-PDC estime que ce budget, élaboré en deux étapes, donne deux lectures intéressantes. D’abord, il offre de la visibilité aux réformes et aux efforts entrepris depuis plusieurs années. Sans le Covid, le budget aurait été réellement bénéficiaire. Mais des efforts sont encore nécessaires, selon le groupe. Car, au-delà du problème conjoncturel lié au Covid, le problème structurel du canton ne permet toujours pas d’investir autant que nécessaire pour redynamiser le territoire neuchâtelois. /sma


Actualisé le

 

Actualités suivantes

Articles les plus lus