La HEM restera à Neuchâtel

La Haute école de musique est maintenue dans le canton de Neuchâtel. Hier, le Grand Conseil ...
La HEM restera à Neuchâtel

Le Grand Conseil a accepté l’initiative pour le maintien de la Haute école de musique à Neuchâtel. Le peuple n’aura pas à se prononcer

Le Grand Conseil neuchâtelois a accepté l'amendement de la commission, l'avenir de la HEM ne passera donc pas par les urnes. Le Grand Conseil neuchâtelois a accepté l'amendement de la commission, l'avenir de la HEM ne passera donc pas par les urnes.

La Haute école de musique a divisé le Grand Conseil neuchâtelois pour la dernière fois mardi. Les députés ont accepté à 61 voix contre 51 un amendement de la commission, qui approuve l’initiative populaire sur le maintien de l’institution. Ils ont ensuite accepté le décret amendé par 59 voix contre 50 et 5 abstentions. Le peuple n’aura dès lors pas le dernier mot, comme le prévoit la loi en cas d’initiative législative. Un décret qui est soumis au référendum facultatif.

Le débat a certes porté en partie sur la pertinence de la fermeture de la HEM et sur les économies qui en découleraient, mais aussi et surtout sur le droit du peuple à donner son avis. La droite souhaitait refuser l’initiative et soumettre le texte au vote populaire, aux côtés du contre-projet du Conseil d’Etat. La gauche souhaitait voir le Grand Conseil accepter directement l’initiative et ainsi l’entériner sans passer par les urnes. Quant au groupe Vert’libéral-PDC, il s’est montré divisé. Tous ses membres ont soutenu l’initiative mais certains estimaient que le peuple devait avoir le dernier mot. Avant le vote de l’amendement, Mauro Moruzzi a exhorté les députés « à prendre leurs responsabilités et à ne pas se reposer sur le peuple dans ce dossier ».

Les économies promises en cas de fermeture de l’école ont également provoqué le débat. Une partie de l’hémicycle a mis en doute les chiffres présentés par le Conseil d’Etat. Jean-Jacques Aubert, élu des Verts, s’est ainsi interrogé sur « les possibilités de louer à des tiers des studios de 20 m2 équipés d’un ou deux pianos à queue ». La représentante vert’libérale Mireille Tissot-Daguette a rappelé en outre que les salles en question sont utilisées dès 16h tous les jours par la Conservatoire, ce qui rend leur utilisation à d’autres fins compliquée. Monika Maire-Hefti a défendu les chiffres et le point de vue du Conseil d’Etat. Elle a par ailleurs mis en avant le contre-projet comme alternative au maintien de la Haute école de musique. Un contre-projet qui proposait d'intensifier de façon directe le soutien financier aux élèves musiciens neuchâtelois ainsi qu’au Conservatoire de musique neuchâtelois et aux ensembles musicaux du canton. Ses arguments n’ont pas changé l’avis de la majorité des députés, qui a soutenu le maintien de la HEM.

La conseillère d'Etat en charge du dossier, Monika Maire-Hefti, était en direct du Château de Neuchâtel mercredi dans la Matinale. Elle a livré sa réaction à Sarah Massy:

Monika Maire-Hefti


Actualisé le

 

Actualités suivantes

Articles les plus lus