Un menhir en route vers Gletterens

L'association Pierre à feu veut relier les deux rives du lac de Neuchâtel sur un radeau inspiré ...
Un menhir en route vers Gletterens

L'association Pierre à feu veut relier les deux rives du lac de Neuchâtel sur un radeau inspiré de la période néolithique. Partie jeudi matin du Laténium, l'embarcation devrait atteindre Gletterens (FR) ce dimanche. Petit détail... elle transporte un menhir de 950 kilos

C'est sur cette embarcation en bois que la pierre est transportée en suivant les rives du lac. (Photo: Yves-Alain Dürig). C'est sur cette embarcation en bois que la pierre est transportée en suivant les rives du lac. (Photo: Yves-Alain Dürig).

Un premier août particulier pour l'association neuchâteloise Pierre à feu. Ses membres sont actuellement en train de transporter un menhir de 950 kg d’Hauterive à Gletterens (FR). Seul petit détail et non des moindres, ce déménagement se fait sur le lac à bord… d’un radeau de type néolithique ! En effet, l’équipe a créé une embarcation inspirée des constructions préhistoriques. Parti du Laténium, jeudi matin à 9h30, le radeau devrait atteindre son point d’arrivée dimanche dans la journée. La pierre sera alors tractée hors de l’eau avec des techniques ancestrales pour rejoindre le village lacustre de Gletterens.

Avec ce périple particulier, l’association Pierre à feu souhaite prouver que nos ancêtres auraient été capables de transporter ce genre de chargement sur leurs embarcations. Bien que ce genre de transport n’ait jamais été formellement prouvé, la présence de menhirs tout autour du lac pourrait laisser entendre que ce n’est pas la première fois qu’un tel voyage se produit.

Les participants sont habillés à la manière de nos ancêtres et enduits d'argile pour lutter contre le soleil (Photo: Yves-Alain Dürig). Les participants sont habillés à la manière de nos ancêtres et enduits d'argile pour lutter contre le soleil (Photo: Yves-Alain Dürig).

Des perches de six mètres

Pour faire avancer l’embarcation de bois, les membres de l’association se relaient avec des rames, mais surtout des perches. En effet, le radeau n’est pas prévu pour une traversée en ligne droite sur le lac. Il se contente de longer les rives peu profondes. Les longues tiges de bois de 6 mètres de long permettent alors de faire bouger la barge de manière rapide. Pour rendre ce voyage encore plus immersif, l’organisateur du projet, Yves-Alain Dürig, nous a confié que les membres du groupe s’étaient habillés à la manière de nos ancêtres. Et pour pousser encore le réalisme plus loin, ils se sont enduits d’argile pour se protéger des rayons du soleil.

Ce jeudi, l’équipe avait déjà fait une belle avance en seulement trois heures, vu qu’ils se trouvaient au large de la Tène sur les coups de 12h30. Le rendez-vous est donc pris dimanche à Gletterens. /jha


Actualisé le

 

Actualités suivantes

Articles les plus lus