On reparle du Bibliobus à Val-de-Ruz

Le Conseil général se prononcera le 24 juin sur l’initiative demandant le maintien du Bibliobus ...
On reparle du Bibliobus à Val-de-Ruz

Le Conseil général se prononcera le 24 juin sur l’initiative demandant le maintien du Bibliobus à Val-de-Ruz. Un rapport de l’exécutif demande son rejet. Les initiants abattent leurs dernières cartes

Les supporters du Bibliobus à Val-de-Ruz n'ont pas encore dit leur dernier mot. Les supporters du Bibliobus à Val-de-Ruz n'ont pas encore dit leur dernier mot.

Le Bibliobus ne dessert plus Val-de-Ruz depuis le début de l’année, mais le sujet n’est pas épuisé. Le Conseil général reviendra sur la question lors de sa séance du 24 juin. Dans son rapport, l’exécutif recommande aux élus de rejeter l’initiative qui demande le maintien de cette prestation à laquelle les autorités avaient renoncé, par souci d’économies.


Trois options

Trois scénarios sont possibles à l’issue de la séance du 24 juin. Soit le législatif accepte l’initiative et la commune réintègre le Bibliobus, soit il renvoie l’objet en commission, ce qui rallongerait le processus, soit il va dans le sens du Conseil communal et le cas échéant, la population sera appelée aux urnes, dans le meilleur des cas le 24 novembre, pour trancher.

Les initiants, qui se sont depuis le mois de mars regroupés au sein de l’association Pro Bibliobus Val-de-Ruz, n’ont pas l’intention de rester les bras croisés. Pour eux, un retour du Bibliobus dans la vallée est la bonne solution. Une solution qui pourrait même être améliorée en y intégrant les bibliothèques publiques de Fontainemelon et des Geneveys-sur-Coffrane. De leur point de vue, la commune en sortirait gagnante. Elle pourrait se décharger des achats, de l’équipement des documents, de la circulation intercommunale, du matériel informatique et de l’ensemble des tâches administratives. Un gain estimé à 25'800 francs par les membres de l’association.


Bibliobus solidaire

Ils soulignent également que le Bibliobus neuchâtelois fonctionne sur le principe de la solidarité. Plus ses membres sont nombreux, plus le coût par habitant est diminué. Selon leurs calculs, il en coûte 8,50 francs par habitant (7,50 francs pour les communes disposant d’une bibliothèque fixe liée au Bibliobus), contre 68 à 102 francs par habitant pour les collectivités qui disposent de leur propre système, à l’image du Locle, de La Chaux-de-Fonds et de Neuchâtel.

Enfin, l’association évoque un objectif de développement durable : en se rendant vers sa clientèle, le Bibliobus limite les déplacements motorisés individuels.


Le PS soutient l'initiative

Au cours d’une rencontre avec la presse mercredi matin, les membres de Pro Bibliobus Val-de-Ruz se sont réjoui que la situation financière se détende dans la commune, notamment en regard des décisions prises au niveau cantonal en matière de péréquation financière. Par contre, ils regrettent que si certaines mesures d’économies se sont assouplies, à l’image de celles qui frappaient les camps blancs, le Bibliobus n’en ait pas bénéficié.

Le Parti socialiste du Val-de-Ruz a déjà annoncé qu’il se prononcera en faveur de l’initiative. Les initiants ont bon espoir d’obtenir également le soutien des Verts. Il leur reste maintenant à convaincre la droite du Conseil général pour obtenir une majorité. /cwi


 

Actualités suivantes

Articles les plus lus