Plus de 15 millions pour lutter contre le bruit routier

Le Grand Conseil neuchâtelois accepte enfin un crédit pour lutter contre le bruit routier. ...
Plus de 15 millions pour lutter contre le bruit routier

Le Grand Conseil neuchâtelois accepte enfin un crédit pour lutter contre le bruit routier. Jusqu’en 2022, le Conseil d’État devrait notamment procéder à la pose de revêtement phonoabsorbant sur les routes du canton

Le Canton espère baisser le bruit routier de 6 décibels. (photos: archives). Le Canton espère baisser le bruit routier de 6 décibels. (photos: archives).

Le Canton de Neuchâtel se lance à l’assaut du bruit routier. Le Grand Conseil a accepté mardi de débloquer un crédit de 15,72 millions de francs pour lutter contre les nuisances sonores liées à la route. Jusqu’en 2022, cette somme sera notamment employée pour la pose de revêtements phonoabsorbants, mais aussi pour réduire la vitesse sur certains tronçons. La priorité sera donnée aux routes principales à savoir la H10 de Neuchâtel au Val-de-Travers et le tronçon La Chaux-de-Fonds - Le Locle, puis les routes cantonales suivront. La Confédération est prête à verser 6 millions, tant que les travaux sont effectués avant 2023. En cas de dépassement, le Canton devrait prendre cet argent à sa charge.

Selon le Conseil d’État, grâce à ces changements, le bruit pourrait être diminué de 6 décibels, alors qu’une réduction de 3 dB est considérée comme acceptable. Le Gouvernement sollicite aussi dans son projet une amélioration au niveau des véhicules et des pneumatiques, tout comme une sensibilisation des conducteurs à une conduite peu bruyante.


Plus d’un million de Suisses touchés

L'Office fédéral de l'environnement estimait la semaine dernière que plus d'un million de personnes sont victimes de nuisances sonores en Suisse. Dans son rapport, l’OFEV annonce que le bruit nuit à la santé et favorise les maladies telles que l'hypertension artérielle, les crises cardiaques, les accidents vasculaires cérébraux, le diabète et la dépression. Le bruit nocturne cause un déficit de sommeil, ce qui engendre un manque d'attention et une diminution des performances le lendemain.

Les cantons et les communes doivent respecter les normes fédérales. Alors qu’ils avaient jusqu'à fin mars pour adapter les émissions sonores de leurs routes aux valeurs limites légales, Neuchâtel et plusieurs autres cantons n’ont pas tenu les délais. Ils ont jusqu’en 2022 pour se mettre aux normes. /jha


Actualisé le

 

Actualités suivantes

Articles les plus lus