La gauche neuchâteloise au secours d’une famille arménienne

Une interpellation interpartis urgente a été déposée mardi au Grand Conseil neuchâtelois pour ...
La gauche neuchâteloise au secours d’une famille arménienne

Une interpellation interpartis urgente a été déposée mardi au Grand Conseil neuchâtelois pour tenter d’empêcher le renvoi d’un couple de requérants d’asile arménien et de leurs deux enfants

Le père de famille a été mis dans un avion à destination de l'Arménie avant que l'appareil ne fasse demi-tour et revienne sur Cointrin. Le père de famille a été mis dans un avion à destination de l'Arménie avant que l'appareil ne fasse demi-tour et revienne sur Cointrin.

Jusqu’où peut-on aller trop loin ? C’est avec cette question que la gauche du Grand Conseil neuchâtelois prend la défense d’une famille de requérants d’asile arménienne menacée de renvoi au travers d’une interpellation urgente déposée mardi.

La famille en question, un couple et deux enfants, vit dans le canton de Neuchâtel depuis cinq ans. Elle a fui les persécutions en Arménie pour demander l’asile en Suisse. Une demande frappée d’une décision négative mais un recours est toujours en cours au Tribunal administratif fédéral. Sans effet suspensif, le renvoi est en passe de s’organiser : le père est incarcéré à la prison administrative de Frambois dans le canton de Genève. Peu de temps avant Pâques, il a été mis dans un avion à destination de l’Arménie. Un incident a forcé l’avion à faire demi-tour. Le père est pour l’instant toujours détenu dans la prison genevoise.

L’homme a un lourd passé psychiatrique qui inclut notamment une tentative de suicide. La mère a également tenté de se donner la mort, estimant que si elle mourait, ses deux enfants pourraient rester en Suisse. La gauche neuchâteloise s’inquiète des conséquences d’un renvoi sur la santé des parents ainsi que des risques qu’ils encourent en cas de retour dans le pays qu’ils ont fui. Par ailleurs, les signataires relèvent l’importance de protéger les deux enfants – âgés de 8 et 12 ans – qui sont scolarisés et actifs dans différents clubs de sport à Neuchâtel, où ils ont leurs amis. Un renvoi entraînerait une perte de repères pour les deux garçons.

L’interpellation demande au canton de Neuchâtel de faire un geste humanitaire en aidant cette famille à se soigner et en permettant aux enfants de poursuivre leur scolarité dans la capitale. /mwi-aju

Entretien avec Marianne Ebel, membre de l'association Droit de rester Neuchâtel.


Actualisé le

 

Actualités suivantes

Articles les plus lus